Features

In memoriam: Charles Ateba Eyene, 2 ans déjà !

Charles_Ateba_Eyene

C’est le 21 février 2014 que Dr. Charles Ateba Eyene avait rendu l’âme au CHU de Yaoundé. Une infection pulmonaire avait été évoquée par des sources sanitaires. Une mort prématurée a seulement 42 ans, qui laissait ainsi les camerounais sur leur faim, quant à l’œuvre du défunt dans le pays.

En effet, Ateba Eyene était devenu un sujet de conversation pour tous, de part ses sorties médiatiques très controversées. De l’homosexualité à la prolifération des sectes dans le pays, le natif de Bikoka, dans le département de l’Océan, région du Sud Cameroun, était très suivi par les camerounais. Il avait comme on dirait, « l’intention de stopper tous ces fléaux » qui nuisaient au développement du Cameroun. Et ce travail commençait par la dénonciation de ces dits fléaux. Exercice très prisé par l’homme politique, membre du parti politique au pouvoir, le RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais).

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sa mort était également controversée, des ragots disant que c’est son combat contre le mal être du pays qui l’entrainait vers la tombe, que les forces du mal avait juré sa perte et ainsi que sa mort n’était pas de cause naturelle. Une thèse qui persista lors des obsèques, quand une liste noire laissée par le regretté fit son apparition. Ateba Eyene aurait, selon ses amis proches, laisser les noms de ceux que son esprit n’aimerait pas rencontrer lors de ses obsèques. Les obsèques furent très courues par la population de Yaoundé. Il fut érigé en Héros national.

La mémoire de Charles Ateba Eyene reste encore présente chez les camerounais qui se ressassent ses interventions médiatiques très crues.

Ateba Eyene est né le 15 janvier 1972 à Bikoka dans le Sud Cameroun. Titulaire d’un doctorat Phd, il enseigna dans les universités du Cameroun, notamment à l’Institut des Relations Internationales, IRIC à Yaoundé. Il fut aussi un écrivain prolifique, avec des œuvres tout aussi dénonciatrices. L’une de ces œuvres les plus célèbre s’intitule: «Le Cameroun sous la dictature des loges, des sectes, du magico-anal et des réseaux mafieux, de véritables freins contre l’émergence en 2035, la logique au cœur de la performance». Il était père de 09 enfants.

Claude ONDO

 

Populaires cette semaine

To Top