Features

Il poignarde mortellement la mère de ses enfants à Douala

Havas-mort-dans-la-piscine-présumé-voleur-corps-morgue-Bikoko

Le nommé Ousman a mis fin aux jours de son ex-compagne, Laure Toungue, 26 ans en la poignardant jeudi dernier. Le drame s’est produit dans la matinée du 2 avril 2015 au quartier Tergal. Le dénommé Ousman a mis fin aux jours de la jeune Laure Toungue, 26 ans, laissant orphelins de mère leurs jumeaux en bas-âge. Il l’a égorgée à l’aide d’un long poignard, qu’il a utilisé plus tard pour essayer de se suicider. Les deux coups qu’il portera pourtant à sa propre personne ne seront pas morels pour le sieur Ousman.

La cause de ce crime passionnel, selon les témoignages, Laure T. avait décidé de quitter son amant de longue date. En effet, ce dernier, s’étant rendu dans son village pour en épouser une autre, était revenu avec la ferme intention de continuer sa relation avec la mère de ses jumeaux. Comme si de rien n’était. Opinion divergente pour la victime qui a refusé d’être l’autre femme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et jeudi, Ousman se rend chez Laure T., qu’il trouve dehors avec une jeune voisine. Il demande à parler à sa désormais ex-amante, à l’intérieur. La voisine s’en va. Elle déclare que des cris et du bruit la font revenir en courant. En effet, Ousman aurait pris l’initiative d’infliger une bastonnade à sa « femme » à l’intérieur de la maison. Pourtant, les cris de Laure T. ne vont pousser personne à franchir le seuil de son habitation. Et le pire va arriver. Un témoin, décrivant l’intérieur du logement, déclare qu’à l’intérieur, c’était sens dessus dessous. On pouvait voir les traces d’une bagarre.

Des choses renversées. Les marmites encore chaudes, sans couvercle, celle de riz sur la plaque à gaz, celle de sauce au sol.
Des assiettes par terre. Les deux protagonistes de l’histoire seront enlevés sur les lieux par les sapeurs-pompiers. Le corps de Laure T. est déposé dans une morgue de la place, tandis que son ex-amant est conduit aux urgences pour recevoir des soins. Ses jours seraient hors de danger. L’enquête, elle, suit son cours.

Rita DIBA

Populaires cette semaine

To Top