Features

Idriss Deby : Les preuves de ses accointances avec Boko Haram

Boko-Haram-Idriss-deby-le-Tchad-N’Djamena

Les autorités soudanaises sont dans tous leurs états depuis le 17 novembre, jour où un citoyen tchadien a été interpellé sur leur territoire, non loin de la frontière avec le Tchad, en possession de 19 missiles anti-aériens Sam7 : une terrifiante cargaison qui était destinée à Boko Haram au Nigeria et dont le commanditaire n’était autre que … Idriss Deby Itno !

Mahamat Bichara Gnorti

Un personnage mystérieux qui évolue dans le dernier carré d’Idriss Deby comme un poisson dans l’eau, et ce, tant dans les couloirs du Palais rose qu’au village présidentiel. Ni militaire, ni commis de l’État, ni responsable de quelque service de sécurité que ce soit, ce personnage au regard froid comme celui d’un serpent a le bras long, et rencontre le président de la république du Tchad à tout moment.

C’est ce personnage de film d’espionnage qui vient d’être interpelé à Al-Jeneina, capitale provinciale du Darfour-ouest, bourgade située à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Adré au Tchad, par les agents des services secrets soudanais.Un simple contrôle de routine a intercepté le gros porteur que conduisait Mahamat Bichara Gnorti en direction du Tchad. Pour éviter la fouille de son véhicule, le tchadien a brandi un laissez-passer signé des autorités tchadiennes. Ce qui a renforcé la méfiance des soudanais qui ont alors décidé de fouiller le camion de fond en comble.

19 missiles anti-aériens sortis tout droit des stocks des arsenaux de l’Armée soudanaise

Et quelle n’aura été leur surprise en découvrant des caisses contenant 19 missiles anti-aériens sortis tout droit des stocks des arsenaux de l’Armée soudanaise. Conduit illico dans les locaux de la police militaire, le tchadien passera vite à table et dévoilera une hallucinante vérité : Il a obtenu ce matériel après avoir corrompu une demi dizaine d’officiers supérieurs de l’Armée soudanaise.

Poussant leur interrogatoire plus à fond, les soudanais obtiendront l’aveu que … C’est Idriss Deby Itno, président de la République du Tchad, en personne qui l’avait chargé d’acquérir ce matériel et de le convoyer au Nord du Nigeria où des personnes – dont on lui avait communiqué les numéros téléphoniques devaient venir en prendre livraison à un endroit bien précis.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La destination était claire :  Boko Haram !

Évidemment, cette situation tout simplement ahurissante n’a fait que corroborer tout ce qui, depuis plusieurs mois, se murmure au sujet de la collusion entre le despote tchadien et les terroristes nigérians.

L’annonce à grand renfort de publicité de la signature d’un pseudo accord de cessez-le-feu entre ces terroristes et l’État Nigérian avait énormément fait jaser tout le continent il y a quelques semaines. Mais le fait qui a tout simplement donné la chair de poule à tous les tchadiens, c’est quand, au cours d’une visite inopinée à la raffinerie de Djermaya, le Président Sultan avait avoué que l’actuelle pénurie du carburant au Tchad serait due au fait que des marketeurs sans scrupules auraient détourné plusieurs centaines de citernes de carburants destinées à la consommation locale pour les vendre au Nord Nigéria et la Centrafrique !

Tout simplement trop gros.

Idris Deby sait comment une bonne partie du pétrole tchadien est directement sortie – et vendue hors de tout contrôle – des réserves privées uniquement réservées à la famille présidentielle sous le contrôle du Directeur du Pétrole.

Cette importante quantité n’est contrôlée que par la famille Deby. Il serait tout autant facile d’élargir l’assiette de cette production et de la vendre à qui l’on veut. Des marketeurs qui auraient vendu la réserve destinée à la consommation locale au Nigeria et au Tchad ? Pourquoi pas ? Surtout s’ils ne sont autres que des membres de la famille présidentielle ! Boko Haram a besoin de carburant. Les rebelles de la Séléka également. Pourtant le peuple tchadien en a encore plus besoin. Mais apparemment Idriss Deby a des priorités. Il s’avère que le peuple tchadien fait partie de la dernière de celles du Prince.

Ça finira bien un jour. Inch’ALLAH !

Par D.D | Ndjamena-matin

Populaires cette semaine

To Top