Features

Idriss Deby Itno à l’Hôpital militaire

Idriss-Deby-Itno-à-l-Hôpital-militaire

Le chef de l’Etat tchadien a rendu visite lundi aux soldats de son pays blessés au cours de récents combats contre Boko Haram.« Je suis très heureux de constater qu’il y a ici dans cet hôpital, non seulement un plateau technique relevé, mais aussi un personnel hautement qualifié qui a sauvé des vies humaines. Nous n’avons pas eu l’idée un seul instant d’envoyer ces soldats se faire soigner ailleurs. Je tiens à féliciter toute l’équipe pour le travail exceptionnel qu’elle abat. »

C’est un chef de l’Etat tchadien visiblement très satisfait de la visite qu’il venait de rendre aux éléments de son armée blessés au cours de récents combats contre Boko Haram, et internés à l’hôpital militaire de région N°1 de Yaoundé qui a quitté les lieux lundi un peu avant 19 h. Accueilli à son arrivée vers 18 h par le ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, Idriss Deby Itno a pendant près d’une heure parcouru les différents services où sont internés ces soldats, sous la conduite du colonel médecin Abeng Mbozo’o, le médecin chef de l’hôpital militaire de région N°1.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Je suis très peiné de voir ces jeunes gens dans cet état », a notamment déclaré le chef de l’Etat tchadien qui a tenu à saluer ces soldats pour leur engagement et leur détermination. « La première responsabilité d’un soldat, c’est de défendre le territoire national, défendre les populations. Je salue leur courage et leur détermination. » Idriss Deby Itno a rendu hommage à ceux qui sont décédés au front dans cette guerre contre Boko Haram. Sur les statistiques, le médecin de l’hôpital a indiqué que 62 blessés tchadiens ont été enregistrés dans cet hôpital depuis l’engagement de ce pays aux côtés du Cameroun, parmi lesquels une quinzaine dont le pronostic vital était engagé. Ces derniers ont pu être tous sauvés. Actuellement, 17 ont pu regagner leur pays. Une quarantaine d’autres devraient le faire dans les prochains jours. Selon le colonel médecin Abeng Mbozo’o, certains parmi eux pourraient d’ailleurs bientôt rejoindre leurs camarades au front.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top