Features

Hymne à la solidarité et à la cohésion nationales face à Boko Haram

grande-marche-patriotique-boko-haram

Avant la « Grande Marche Patriotique » de ce samedi matin au Boulevard du 20 Mai à Yaoundé, le journaliste Polycarpe Essomba a prononcé le discours ci-dessous, au nom du collectif ‘Unis pour le Cameroun » organisateur de la marche:

Du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, Camerounaises et Camerounais de tous bords,

Chrétiens, Musulmans, Animistes, Païens, Athées…

Camerounaises et Camerounais de toutes les ethnies et de toutes les tribus

Voici le Peuple Camerounais, débout comme un seul homme ici, sur ce Boulevard du 20-Mai au cœur de Yaoundé, siège de nos institutions.

Nous voici, Peuple uni et rassemblé dans toutes nos composantes sociales pour dire NON à Boko Haram, non à la barbarie, non à l’obscurantisme.

Populations de l’Extrême-Nord, victimes de Boko Haram, à Limani, à Fotokol, à Amchidé, à Aschigachia, à Kolofata, à Kousséri… partout où vous vous trouvez, bat le cœur de la Nation. Chacune des exactions de cette secte criminelle contre l’un de vous, chaque goutte de sang versé est une meurtrissure pour l’ensemble des Camerounais.Parce que nous sommes un seul et même peuple.

Chers sœurs et frères de l’Extrême-Nord, regardez le Cameroun qui est solidaire et mobilisé, sentez la chaleur de notre présence à vos côtés, goutez le souffle de nos prières, nuit et jour,pour vaincre les Barbares.Non, le pays ne vous oublie pas. Oui, le Cameroun, berceau de nos ancêtres pleure toutes ses filles et tous ses fils en proie à l’abomination des ces illuminés, qui ont dévoyé le message de paix, d’amour et de fraternité que véhicule l’Islam.

La guerre contre Boko Haram n’est dirigée ni contre les musulmans, ni contre les Nordistes. Boko Haram n’épargne ni musulman ni chrétien, ni femme ni enfant, ni riche ni pauvre. Boko Haram, c’est une tentative de remise en cause de notre choix de vivre ensemble, sur cette terre de tolérance, de laïcité et de liberté qu’est le Cameroun.

Cette Grande Marche Patriotique, c’est pour vous populations meurtries de l’Extrême-Nord, mais aussi pour tous les Camerounais affectés par la guerre que Boko Haram nous impose. Cette cohésion nationale devant l’adversité, cette union des cœurs, nos pas martelés sur le Boulevard du 20-Mai, symbole de notre unité, sont les battements de cœur d’une Nation qui refuse de plier l’échine et qui entend aller de l’avant.

Que nous sommes forts, quand nous sommes ensemble ! Que c’est beau, quand nous sommes ensemble !

Camerounaises et Camerounais, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest

Prenons l’engagement, dès aujourd’hui et à jamais, de rester unis quelles que soient les épreuves, quelle que soit l’adversité, à l’image de nos forces de défense et de sécurité, en première ligne du combat contre cette horde de criminels.

A toi brave Soldat

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Voici tes sœurs et frères rassemblés sur le Boulevard du 20-Mai pour te soutenir, tes frères d’armes et toi, pour l’honorable combat que vous menez depuis plusieurs mois pour défendre la nation au péril de vos vies pour sauver les nôtres. Les échos de votre bravoure nous parviennent et se racontent désormais comme une légende, de ville en ville, de village en village.

Sauf que la guerre est bien là, réelle et féroce. Elle a fauché certains d’entre vous, et d’autres malheureusement pourraient encore consentir le sacrifice suprême dans cette sale guerre. Elle a endeuillé des familles et handicapé quelques-uns d’entre vous jusqu’à la fin de leurs jours.

Mais elle n’a entamé aucun de vous dans son amour pour ce pays, un pays pour lequel tu fais actuellement don de ta vie. Tomber sur le champ d’honneur est aujourd’hui pour toi la plus belle des fins. Mourir pour la patrie est pour toi la fin en soi. Par votre courage et votre vaillance, vous avez, tes camarades et toi, rejoint à tout jamais le panthéon de nos HEROS.

Oui, petit Soldat, ni la fatigue, ni le sommeil, si forts et si redoutables, n’arrivent pas à te décourager dans ton attente de l’arrivée des criminels de Boko Haram. Une, deux, cinq, dix fois tu as repoussé la horde de démons de la bande à Shekawu. Mille fois tu es resté à l’ouvrage, refusant de t’abandonner au repos. Grâce à toi, la souveraineté du Cameroun est préservée sur ses 475 444 km² et nos populations peuvent poursuivre l’œuvre de construction du pays.

Alors petit soldat du pont d’El Beid, c’est toi-même et tes frères d’armes que le peuple, dans toute sa diversité mais dans une mémorable unité, est mobilisé. Il veut te dire combien il est fier de toi, fier d’avoir enfanté en toi cet amour de la patrie. Du cœur du Cameroun, du centre de Yaoundé, s’élèvent dans une communion sans précédent les prières les plus puissantes. Notre présence ici est le clairon d’un rassemblement pour toi et tes frères d’armes. Les populations de l’Extrême-Nord comptent sur toi, tout le Cameroun compte sur toi.

Posté en première ligne de la défense de la République, tu t’es constitué en rempart contre la barbarie, tu es un défenseur de la liberté, tu es un apôtre de la vie. Pour cela, le peuple camerounais t’est reconnaissant comme en témoigne cette mobilisation.

A vous, frères du Tchad, pays de Toumaï, peuple au courage légendaire, quel autre mot que MERCI pour votre appui, votre solidarité dans cette épreuve difficile.

Frères du Nigeria et du Niger, victimes vous aussi des atrocités de Boko Haram, votre présence ici, à nos côtés, nous rassure. Tous les peuples d’Afrique et du monde en proie à l’extrémisme religieux, puisse le souffle et l’énergie de Yaoundé participer à faire barrage à la bêtise humaine.

Vive l’Armée camerounaise, Vive le Peuple camerounais

Vive le Cameroun

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top