Features

Le Cameroun veut liquéfier son gaz naturel

Cameroun-centrale-thermique-à-gaz

Le pays envisage de produire et d’exporter du gaz naturel liquéfié dès 2017. C’est en substance le contenu d’un contrat signé entre l’Etat et un consortium composé de la SNH, le groupe Perenco et le groupe Golar.

Il est temps pour le Cameroun de revaloriser ses ressources gazières. Les 5,413 milliards de pieds que constituent la réserve gazière nationale sont exploités depuis trois ans pour l’alimentation en gaz de la centrale électrique de Kribi et des sociétés des zones Bassa et Bonabéri. Malgré la chute constante du cours du baril de pétrole brut, le Cameroun a décidé d’investir davantage dans la transformation du gaz naturel. La convention gazière signée le 30 septembre 2015 entre l’Etat du Cameroun et le consortium Société nationale d’hydrocarbures (SNH)-le groupe franco- britannique Perenco et le groupe Golar marque le franchissement d’un nouveau cap pour notre pays. C’est le premier accord sur l’exportation du gaz naturel li- quéfié (GNL) au Cameroun et même

en Afrique. Le consortium SNH-Perenco annonce le début de la production à 2017. « Le principe de ce projet c’est de valoriser des ressources de gaz non utilisées qui sont au large du Cameroun. Une usine flottante est la meilleure adéquation pour développer ces réserves, qui sont relativement petites. Elles ne sont pas suffisantes pour alimenter des unités LNG (GNL en anglais, ndlr) on-shore que l’on retrouve aujourd’hui à travers le monde. Le pro- jet va mettre le Cameroun sur la mappemonde des producteurs de LNG », indique le directeur général du groupe Perenco, Jean-Michel Jacoulot, dans le magazine SNH Infos n°49.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En fait, la liquéfaction du gaz naturel se fera à partir d’un navire, le Hilli, transformé en usine flottante. Ce méthanier, construit à Singapour par l’entreprise Golar Hilli corporation, sera installé au Cameroun en mars 2017 au large de Kribi dans la région du Sud. La mise en service du Hilli en septembre de la même année permettra une nette augmentation de la production nationale en termes d’exportation et de production du gaz domestique. L’usine flottante produira 1,2 million de tonnes de GNL par an, qui seront destinés à l’exportation. 30 000 tonnes de gaz domestique par an pour la consommation locale. Et, 1,8 million de barils de pétrole très léger appelé condensat à raffiner. Au-delà de cette production, le Hilli permet- tra également une hausse des recettes du Trésor public, par la vente des hydrocarbures et les impôts et taxes par les sociétés concernées par le projet. Une augmentation conséquente de l’offre en gaz domestique dont la demande nationale reste actuellement importante. Et, la réduction du chômage. En ce sens la SNH annonce la création de 1 000 emplois grâce à ce projet en phase de construction, et 100 emplois pendant la phase d’exploitation.

Pour Jean-Michel Jacoulot, ce projet permettra également au Cameroun de valoriser plusieurs champs gaziers de petites tailles. Ainsi, les co- propriétaires du Hilli (la SNH et Perenco) investiront près de 400 milliards de francs CFA pour le développement de champs gaziers au large de Kribi et le renforcement des capacités de traitement du site ga- zier de Bitanga. Golar Hilli corporation quant à lui fournira près de 1,3 milliards de dollars pour la construction et l’installation de l’usine flot- tante de liquéfaction.

Ghislaine Ngancha N.

Populaires cette semaine

To Top