Actu'Décalée

Homosexualité: Deux hommes pris en plein ébats sexuels bastonnés à Mokolo

Hommes-Homosexualite-camer24-Essos-Pasteur

Les deux hommes se livraient à un acte non toléré par les mœurs et la loi camerounaises. Deux hommes surpris en pleins ébats amoureux, samedi dernier, au lieu-dit «Algo» au quartier Mokolo ont été copieusement battus par les riverains. Grièvement blessés, ils seraient encore hospitalisés dans un centre de santé non loin de la paroisse catholique de Mokolo.

L’un des deux hommes a été battu en présence de sa compagne. Le couple était venu rendre hommage à l’un des parents de la dame. Selon cette dernière, son mari s’était excusé un moment pour aller «se mettre à l’aise». Le coin qu’il a choisi à proximité du lieu du deuil lui a plutôt servi de lieu de rencontre avec son amant.

Alors que les deux partenaires emportés par leurs désirs se livraient à leurs plaisirs, leurs gémissements ont attiré des curieux. Interrogés, les amoureux ont cru pouvoir narguer leurs vis-à-vis. C’était sans compter sur la mentalité haineuse qu’ont certains camerounais au sujet de l’homosexualité. Très vite, la partie de plaisir s’est transformée en partie de bastonnade. Gourdins, ceintures et coups de poings, tous étaient mis à contribution pour «corriger cette déviance».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La tentative de fuite de l’une des victimes associée à ses menaces, vont davantage aggraver la situation. Les deux hommes seront tellement roués de coups qu’ils finiront leur veillée mortuaire dans un centre de santé. L’un des témoins justifiant la réaction populaire a déclaré que l’on «était réuni ici pour honorer un défunt et non pour se livrer à des attitudes hors nature».

En effet, les actes homosexuels sont réprimandés à la fois par les mœurs et la loi camerounaises. Le Code pénal dispose en son article 347 bis relatif à l’homosexualité: «Est punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 200 000 francs (CFA) toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe.»

Des plaintes ont été déposées au commissariat du 2ème arrondissement et à la brigade de gendarmerie de Tsinga en attendant que les victimes se relèvent de leur bastonnade.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top