Features

Hausse des coûts de l’eau potable envisagée

l'eau-potable-water-Yaoundé-Sanaga

La Lcc dénonce la hausse envisagée du m3 d’eau au début de l’année 2015 par les sociétés chargées de la distribution de l’eau au Cameroun et décide d’engager un certain nombre d’actions.

Au terme d’une réunion de cession du comité de suivi du contrat de performance entre l’Etat, la Camerounaise des eaux et la Camwater qui s’est tenue jeudi 02 octobre 2014, l’une des principales résolutions est l’introduction d’une demande de nouvelle structuration tarifaire. « Au cours d’une réunion entre le gouvernement, la Camerounaise des eaux et la Camwater, une demande de nouvelle structuration tarifaire à été introduite à compter du 1er janvier 2015. Mais, on comprend que cette demande a pour but de revoir à la hausse les prix de l’eau potable », explique Delors Magellan Kamgaing, président de la Lcc. Dans un tel contexte, la Lcc a décidé lors de sa réunion hebdomadaire vendredi dernier, de prendre des résolutions. La première action de l’organisation  non gouvernementale est de saisir ce jour le premier ministre, afin de lui rappeler la nécessité de mettre une fin de non-recevoir à cette demande du comité de suivi du contrat d’affermage et de performance.

Les motivations de refus de la Lcc sont nombreuses. Selon le président Delor Kamgaing, la première motivation est « la pénurie d’ eau potable qui perdure sur toute l’étendue du territoire. Une pénurie qui se matérialise par le fait que l’eau potable arrive dans les robinets à sa guise, un consommateur ne peut pas utiliser et avoir de l’eau potable à sa disposition et selon sa convenance, il y’a des quartiers dont les habitants font des jours sans eau potable ». Pour le président de la Lcc, la deuxième motivation est

«   la mauvaise qualité de l’eau. Cette eau est soit jaunâtre, soit rougeâtre alors que les enseignements basiques indiquent clairement qu’une eau doit être incolore et inodore, ce qui n’est pas toujours le cas. En attendant que cette eau potable arrive, le consommateur laisse souvent les robinets ouverts et durant cette période d’attente, c’est un souffle qui sort du robinet et fait tourner le compteur pour le bonheur du distributeur car, avec ce souffle, le compteur tourne sans arrêt. Du coup, à la fin du mois, le consommateur ne paye pas la véritable consommation ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La cde crée ainsi deux sortes de maladies aux consommateurs : l’insomnie due à l’attente de l’eau potable et les maladies issues de la mauvaise qualité de l’eau. « Ceux qui disent que l’eau, malgré sa coloration jaunâtre est bonne, ne disent pas la vérité, car on retrouve quand même des résidus dans les seaux et récipients. Lorsque le consommateur consomme cette eau, il attrape des maladies », dénonce Delor Magellan Kamgaing.

Des actions fortes

Enfin, la troisième motivation de contestations de Lcc porte sur la surfacturation de la Cde. « En ce moment, le m3 d’eau est de 364 Fcfa       alors que le kilowatt d’électricité coûte moins de 300 Fcfa. A la Cde, lorsque vous ne payez pas la quittance le jour J, le montant de la pénalité dépasse parfois le montant de la quittance. Cette pénalité est de 4590 Fcfa. Ensuite, la Cde refuse d’appliquer le règlement du service de distribution de l’eau qui avait été élaboré depuis des années, ce dernier recense pourtant les droits des consommateurs d’eau », ajoute le président de la Ligue camerounaise des consommateurs. Des motivations qui traduisent ainsi le refus de la hausse des prix du m3 d’ eau par la Lcc. A la suite de la lettre de dénonciation annoncée au premier ministre, la Ligue engagera le même jour une campagne de dénonciation à travers des pétitions adressées aux consommateurs dans les dix régions du pays. « Le thème de notre pétition c’est l’eau d’abord parce que les distributeurs doivent fournir de l’eau aux Camerounais avant toute chose, une eau de bonne qualité et en quantité suffisante », précise Delor Kamgaing.

Si rien n’est entrepris par le gouvernement contre cette augmentation, la Ligue camerounaise des consommateurs engagera une grève de la faim pour contester cette mesure qui va à l’encontre des droits des consommateurs. « La grève de la faim aura lieu le jour annoncée pour la révision des tarifs, donc, le 1er janvier 2015. Cette grève se fera un jour devant la Cde et un autre devant la Camwater. Le président de la Ligue sera là avec un comité de grève », annonce Delor Magellan Kamgaing. Le gouvernement et les entreprises de distribution de l’eau potable ont donc encore près de 3 mois pour surseoir à cette hausse des prix du m3 d’eau, dans le cas contraire, la Lcc mettra ses menaces à exécution.

© Vanessa TSANGA | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top