Features

Lutte contre la grippe aviaire: Des vendeurs de poulets arrêtés à Yaoundé

Vendeurs_poulets_marche_cameroun

Depuis l’interdiction par le Préfet du Mfoundi de vendre du poulet dans les marchés, plusieurs vendeurs ont continué clandestinement leurs activités, bafouant d’un revers de la main cette injonction. Malheureusement pour les rebelles, ils ne seront pas restés dans l’ombre très longtemps.

Selon le quotidien Mutations en kiosque le jeudi 2 juin 2016, «de sources dignes de foi rapportent qu’une vingtaine de personnes ont été arrêtés mercredi dernier et conduite au commissariat de Nkoldongo à Yaoundé». Selon des informations recueillies sur place par notre confrère, des policiers en civil, ayant été avertis de ce phénomène, ont investi discrètement le marché de Mvog-Ada, question de prendre les vendeurs en flagrant délit. Par ailleurs, une centaine de poulets ont été saisis par les agents du ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA) qui accompagnaient les forces de l’ordre.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Aussi, les arrestations faites dans ce marché ne se sont pas faites de façon arbitraire. «Ces personnes qui ont été interpellées ont été surprises en train de vendre, sachant pourtant que l’activité était proscrite», renseigne Jean Paul Kamga, Secrétaire Général de l’Association des vendeurs de poulets au marché de Mvog-Ada. Après ces arrestations, il se trouve que ce marché, du moins dans le secteur de la vente de  poulet, est devenu complètement désert. Pas l’ombre d’un poulet, encore moins d’une plume sur les comptoirs ou dans les hangars.

Pour un vétérinaire présent à son poste au marché Mvog-Ada revient sur la mesure du Préfet qu’il qualifie d’opportune. «Cette mesure vise à protéger non seulement la santé de l’homme, mais aussi à protéger tous les éleveurs. Car si une contagion générale venait s’effectuer, les pertes seront incalculables», explique-t-il. Aussi, une campagne de désinfection du marché Mvog-Ada s’effectue ce jour, révèle le journal.

Lore E. Souhe

Populaires cette semaine

To Top