Features

Grève : La mise en garde de Jean-Baptiste Bokam

Jean-Baptiste Bokam-GENDARMERIE-NATIONALE-CAMEROUN-TROUPES-signature

Le Sed a fait savoir aux gendarmes qu’ils sont au service de la nation et non de l’argent. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense chargé de la gendarmerie nationale, Jean-Baptiste Bokam a été ferme vendredi dernier :« Je ne veux plus entendre que les forces de défense ont fait grève pour de l’argent». Jean-Baptiste Bokam n’avait pas du tout l’air de blaguer.

Le ton était presque martial. «Les garants de la sécurité et de la paix  ne descendent dans la rue pour réclamer de l’argent. Le gendarme n’est pas un soldat à part mais un soldat à part entière», ajoute le Sed. «Vous devez servir avec honneur, fidélité et avoir le sens du devoir envers la nation», conseille-t il. Jean-Baptiste Bokam a saisi l’occasion de la remise des diplômes de fin de stage au commandement à 336 sous-officiers au camp Yeyap de Yaoundé vendredi dernier pour faire son sermon, sous les regards  attentifs des hauts gradés de la gendarmerie
nationale.

Le Sed faisait référence à la marche de mécontentement des soldats camerounais de retour de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). On se souvient que ce jour-là, 9 septembre 2015, quelque 200 soldats ont pris d’assaut les services du Premier ministre et de l’Assemblée nationale pour exiger le payement de leurs primes. L’évènement était inédit
au Cameroun. C’est ce qui explique sans doute la mise en garde musclée du Sed. Normal, des gendarmes camerounais participent également aux missions de paix et de sécurité sous l’égide de l’Union africaine ou des Nations unies. Il était donc important que la hiérarchie mette des garde-fous.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les 366 gendarmes arrivés en fin de stage de 11 mois vendredi savent désormais comment à quoi s’en tenir. Le message a aussi été entendu par les autres soldats qui étaient surplace pour les honneurs militaires. Durant le stage, ces sous-officiers, désormais plus aguerris, ont développé des réflexes de sécurité, de compétences et surtout des aptitudes professionnelles à mettre en exergue sur le terrain. Notamment, au niveau de l’application du droit dans son ensemble, la communication et les interventions sur le terrain pour le maintien de l’ordre et de la paix.  De plus, ces gendarmes sortent de ce stage avec une formation spéciale au combat. Ceci dans le but de réagir efficacement en situation prévisionnelle d’attaques du groupe terroriste Boko Haram.
Certains de ces gendarmes ont par ailleurs effectué des stages dans des villes de la région de l’Extrême-Nord, où sévit particulièrement Boko Haram.

En rappel, suite à la grève des militaires (encore en attente de la totalité de leurs primes), le ministre délégué à la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, à l’occasion de l’installation mercredi dernier à Garoua du général Frederic Ndjonkep Meyomhy, nommé commandant de la 3e région interarmées (Rmia), a enjoint le promu de respecter «tous les droits» des soldats. «En
particulier dans l’attribution des primes d’alimentation qui sont de 2.000 Fcfa, et de la prime de guerre qui est de 30.000 Fcfa
», en même temps qu’«il doit veiller au respect de la discipline dans les rangs, gage de rectitude et d’efficacité dans l’exécution».

Ibin Hassan  et Jules Kalla Eyango

 

Populaires cette semaine

To Top