Actu'Décalée

Gilbert Tsimi Evouna : les casses, 24h chrono

délégué-du-gouvernement-Yaoundé-Tsimi-Evouna-tribunal-agents

L’urbaniste qui a fait de l’assainissement de Yaoundé sa priorité pêche, au goût des populations, par sa manière forte.

Les casses dans la ville de Yaoundé ont défrayé la chronique ces dernières semaines. Il ne se passe pas un jour sans que les «gros bras» de la Communauté urbaine ne détruisent, confisquent ou encore brûlent les marchandises des commerçants dans la capitale. Une opération effectuée au nom de l’assainissement de la ville. Ainsi, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy), Gilbert Tsimi Evouna est passé à la phase répressive.

Fini le temps de la sensibilisation pour «Jack Bauer». Un surnom qu’il a hérité dès son arrivée à la communauté urbaine de Yaoundé. Une appellation qui fait référence aux destructions sans précédent à Yaoundé. Rien ne doit se mettre entre lui et son idéal : «embellir la ville de Yaoundé». Tiré de sa retraite pour être nommé, en 2005, à l’Hôtel de ville, il n’hésite pas à tenir tête aux autorités du Cameroun. Ce n’est pas le ministre de la Santé publique (Minsanté), André Mama Fouda qui pourrait dire le contraire. Il s’est vu refuser par le trésorier national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), un permis de bâtir pour étendre ses services. Un démembrement du ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique (Minmidt), a été rasé par les bulldozers de Gilbert Tsimi Evouna. Une aile de l’ « Immeuble de l’émergence », encore en construction, avait été détruite car ne respectant pas le plan d’urbanisme de cet urbaniste de formation.

Ce n’est donc pas surfait s’il a été baptisé du nom du célèbre agent secret de la série américaine «24h chrono». Celui-là même qui ne recule devant rien pour protéger son pays des attaques en tout genre. C’est donc avec le leitmotiv «Touche pas à ma ville», que Gilbert Tsimi Evouna engage des restructurations dans la capitale politique. L’aménagement des espaces verts dans la ville, la construction du lieu de détente, le Bois Sainte Anastasie, de l’échangeur simplifié au quartier Nlongkak, l’élargissement de la pénétrante nord de la ville, sont quelques œuvres mises sur pied par celui qui a passé une bonne partie de sa carrière au ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, aujourd’hui ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu).

Itinéraire présidentiel

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’homme qui est qualifié d’ « obtus » par ses collaborateurs a déjà été épinglé par la Commission anti-corruption (Conac). Cette instance a jugé que le premier magistrat de la ville de Yaoundé ne respectait pas les procédures en matière de marchés publics. Une interpellation qui a laissé «Homme sec» de marbre. C’est tête baissée qu’il a continué dans sa politique d’assainissement. Il aurait d’ailleurs banalisé cet incident en tournant en ridicule l’Agence de régulation des marchés publics. Cet admirateur du baron Haussman est d’ailleurs connu pour ses saillies. C’est ainsi qu’il avait affirmé «marcher avec son cercueil», lorsqu’on lui avait demandé s’il n’avait pas peur des représailles des populations face aux nombreuses casses perpétrées dans la ville.

Celui qui a été pendant longtemps, l’un des adjoints au délégué du gouvernement de l’époque Nicolas Amougou Noma, décédé en avril 2004, a subi un coup de vol en 2010. Une somme de 300 millions Fcfa avait été dérobée dans son domicile. Alors que le chiffre mentionné par les enquêteurs suscite des débats, l’affaire prend une autre tournure. Il s’avère que c’est l’un des fils du délégué, un certain Willy qui avait subtilisé cet argent. Des révélations qui seront faites par le chauffeur de Tsimi Evouna. Ce dernier, nommé Essomba, étant au courant des vols de Willy, gardait le silence en compensation des largesses de ce dernier. Voulant éviter l’interpellation de son fils, le délégué va instruire, et mettre tout en œuvre pour l’arrêt des poursuites. Une attitude en contradiction avec la rigueur qu’on lui connait.

Intraitable contre l’incivisme urbain, Tsimi Evouna réside dans une bâtisse dans le quartier Nkolbisson. Une zone marécageuse, rappellent ses détracteurs. Un voisinage que certains habitants du quartier trouvaient salutaire. Ils pensaient alors être épargnés par les casses. Que non! Au mois de juillet dernier, les populations de cette zone ont reçu la visite des éléments de la Communauté urbaine, qui annonçait le déguerpissement effectif des habitants qui sont régulièrement en proie à des inondations.

Il est du reste reproché à « Demolition man » de mettre toute son attention et son énergie sur l’itinéraire présidentiel. Alors que les chantiers comme celui du mythique lac municipal semblent avoir été remis aux calendes grecques. Plusieurs tentatives d’assainissement de cet espace ont échoué. Il y a d’ailleurs quelques années, le délégué a instruit des réaménagements de ce lac. Des ouvriers avaient commencé à curer les eaux. Le délégué du gouvernement avait en projet de faire de ce lieu devenu le théâtre de découverte macabre de corps, un lieu de divertissement. On attend toujours.

Nadine Guepi

Populaires cette semaine

To Top