Features

Le Général Pierre Semengue explique pourquoi il poursuit le bras de fer avec Tombi à Roko

Pierre-Semengue

Il soutient en outre qu’il est candidat à la Présidence de la Ligue de Football Professionnel parce que le Premier Ministre le lui a ordonné. Le Président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun s’explique. Face au micro de la CRTV-Télé le lundi 23 mai 2016, le général Pierre Semengue a  donné plusieurs raisons à la grosse décision prise le samedi 21 mai 2016 à Yaoundé par l’Assemblée Générale extraordinaire. En l’occurrence le choix de la date du 28 juillet 2016 pour la tenue des élections alors que la FECAFOOT sa tutelle prévoyait qu’elle ait lieu dans environ un an.

«C’est le Conseil d’Administration de la Ligue qui fixe la date de l’Assemblée Générale élective et j’ai été très satisfait que l’Assemblée Générale se soit réunie et qu’elle ait entériné la décision de processus électoral à 100% de ses membres  Présidents de clubs et sont d’accord pour l’élection de leur Président le 28 juillet 2016», fait valoir l’ancien patron de Tonnerre de Yaoundé.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il  s’appuie sur le fait que la FECAFOOT n’a jamais fait appel du verdict rendu par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun  en avril 2016, après que la Ligue ait contesté les résolutions 4 et 5 de son dernier Comité exécutif en rapport avec elle. «La décision définitive qui a annulé purement et simplement les résolutions 4 et 5 de la FECAFOOT. La Ligue a pour tutelle la FECAFOOT et elle a son autonomie administrative, financière, juridique et sportive», argue le vieux dirigeant.

Au sujet de sa candidature, proposée aux électeurs alors qu’il n’avait qu’à conduire les premiers pas de la Ligue, Semengue répond qu’il obéit à un ordre du Premier Ministre, Philemon Yang. «Le Premier Ministre m’a envoyé en mission. Venant du Chef du Gouvernement, je me dis que c’est un ordre. Et, moi, je suis un militaire. Un ordre n’a jamais été une base de discussion. Des ordres doivent être exécutés littéralement sans hésitation ni murmure. Et je ne peux pas ne pas être candidat», déclare le plus haut gradé de l’armée camerounaise.

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top