Actu'Décalée

Garoua: un puits engloutit deux personnes dont un enseignant

Ramadan_Marche_Garoua_Nord_Cameroon

En allant exécuter leur nouvelle tâche samedi dernier dans cette concession huppée située dans le quartier chic de Maroua-Rey, sieurs Samuel Banzé, tâcheron de métier et Robert Yangbé enseignant de formation et chef des travaux au Cetic du Mayo Oulo, étaient loin d’imaginer que c’était leur dernière activité dans ce monde. Les deux hommes ont été engloutis au fond du puits dont ils avaient la responsabilité de curer, et d’augmenter de cinq mètres la profondeur. 

Selon des témoins, Samuel Bianzé, à l’aide d’une corde, est descendu le premier dans le puits à ciel ouvert et protégé par une dalle à deux battants. Il devait tout d’abord actionner la motopompe afin de vider le puits de son eau, avant le début de nouvelles fouilles.  Une fois au fond du puits, et après avoir actionné la motopompe, le tâcheron s’est effondré au fond des eaux. Robert Yangbé pris de panique, entreprend de descendre lui aussi au fond du gouffre pour voler au secours de son compagnon. Une tentative à la fois vaine et fatale car, mal lui en a pris, il s’est également effondré à son tour.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les habitants de la maisonnée, surpris, alertent immédiatement le groupement 301 du Corps national des sapeurs-pompiers de Garoua. Arrivés sur les lieux, un des soldats descendu dans le puits n’a eu la vie sauve que grâce au professionnalisme de ses camarades qui l’ont immédiatement remonté à la surface, et l’ont conduit aux urgences de l’hôpital militaire de Garoua.

Le reste de l’équipe de secours a continué les manœuvres et a réussi à extraire les deux corps du puits.  Les deux dépouilles présentaient des écorchures aux genoux, sur l’abdomen et sur la tête. Le sous-préfet de l’arrondissement de Garoua 2ème, Mabaya Essomba François et le procureur de la République près les tribunaux de Garoua sont descendus sur les lieux. Après les constats d’usage, ils ont autorisé le transfert des corps pour la morgue de l’hôpital régional de Garoua, les enquêtes se poursuivent.

Onana N. Aaron

Source link

Populaires cette semaine

To Top