Actu'Décalée

Garoua : deux présumés preneurs d’Otages aux arrets

Bandjoun-prison-enfant -police-arrete-brigangs-voleur-Express-union-N’Djamena

Six de leurs complices sont activement recherchés. Depuis le 16 août 2015, Salé Ali alias Djaouro et Ahmed Alhadji alias Riba méditent sur leurs sorts dans les cellules de la compagnie de la gendarmerie de Garoua 3ème à Ngong. Soupçonnés d’appartenir à un vaste réseau de preneurs d’otages, ils ont été interpellés respectivement les 14 et 15 août 2015 par les éléments de la brigade de gendarmerie territoriale de Lagdo.

«Nous savions depuis longtemps qu’ils sont impliqués dans les prises d’otages dans notre localité, mais nous avons toujours eu peur de les dénoncer. Ils sont huit au total comme nous l’avons dit au commandant. Les six autres continuent de courir», déclare un habitant à Ouro-Beldoum, une bourgade de Lagdo.

C’est à la suite d’une énième affaire que Salé Ali alias Djaouro et Ahmed Alhadji alias Riba sont tombés dans les filets des forces de l’ordre. En effet, tout a commencé le 08 août 2015. Ce jour, aux alentours de 4 h du matin, huit malfrats font une incursion dans le village Ouro-Beldoum. Un riche commerçant, Alhadji Ibrahima Wadjiri et son beau-fils, Beidi sont fait otages et conduits en brousse. En prévision des négociations à venir, les ravisseurs laissent à la famille un numéro de téléphone. Alerté, le commandant de la brigade de la gendarmerie territoriale de Lagdo et ses éléments se déportent sur les lieux aux premières heures de la journée et se lancent aussitôt aux trousses des malfaiteurs.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«En brousse, Ibrahima Wadjiri a été ligoté à un arbre, mais est parvenu à se détacher et à échapper à ses ravisseurs alors que ceux-ci étaient dans un état second à cause des drogues ingurgitées. Par la suite, s’étant rendu compte de sa disparition, les malfrats se sont rués sur son beau-fils, l’ont copieusement bastonné, puis abandonné quand ils ont appris que nous étions lancés à leur poursuite. C’est après cela que le nommé Beidi a également regagné le village», relate un gendarme.

Les malfrats ne vont cependant pas courir longtemps. Le 14 août 2015, des gendarmes pénètrent à Ouro-Beldoum où Salé Ali alias Djaouro est surpris à son domicile. Il est immédiatement appréhendé et conduit à la brigade. Le lendemain 15 août, Ahmed Alhadji alias Riba, un autre malfaiteur, est aperçu au marché de Ouro-Dougoudjé où il est venu s’approvisionner en denrées alimentaires. Une nouvelle fois alertés, des gendarmes l’interpellent et le ramènent à la brigade.

Le 16 août 2015, il est transféré à la compagnie de la gendarmerie de Garoua 3ème, à Ngong. «Des lourds soupçons pèsent sur eux. Ahmed Alhadji alias Riba me semble être le cerveau de ce gang. C’est lui qui commandite tous les enlèvements dans la localité et héberge les malfrats. Quelques jours avant, il avait menacé son oncle Ibrahima Wadjiri à la suite d’une rixe, et le 08 août, il a été enlevé avec son beau-fils, Beidi», confie une source à la brigade de la gendarmerie de Lagdo. Les complices des deux malfrats, six au total, courent toujours. Ils sont activement recherchés par les éléments de la brigade de gendarmerie de Lagdo.

© L’Oeil du Sahel : DOUWORÉ OUSMANE

Populaires cette semaine

To Top