Features

Franklin Nyamsi est-il vraiment Professeur Agrégé ?

Franklin Nyamsi

Il n’y a aucune honte à n’être titulaire que d’un doctorat de troisième cycle universitaire. Il est tout à fait normal d’être ambitieux et aspirer se faire appeler PROFESSEUR. Mais il est très malhonnête de créer et entretenir volontairement la confusion sur ses titres.

J’ai souvent lu sur ce site, Mr Franklin Nyamsi qui se fait appeler professeur par les uns et par les autres. Mais ses propos m’ont à chaque fois posée questions. Ce qui m’a décidée à faire partager quelques éléments de précision. J’invite en outre le principal concerné à clarifier cette situation de confusion autoentretenue ( ?) à savoir son titre/grade de PROFESSEUR AGRÉGÉ.

LES CORPS D’ENSEIGNANTS

En France, dans l’enseignement primaire et secondaire, il y a deux catégories d’enseignants ceux du premier et du second degré:

Premier degré : les Instituteurs

Les professeurs des écoles (CRPE) qui enseignent exclusivement aux enfants de 2 à 11 ans c’est-à-dire de la première année de maternelle à la dernière année de l’école élémentaire. En France il faut être titulaire d’un Bac +5 pour se présenter au concours de recrutement.

Second degré : il y a deux statuts d’enseignants de collèges et lycées

* Les professeurs certifiés de l’enseignement secondaire. Dans cette catégorie, on a plusieurs appellations en fonction uniquement de la spécialisation (enseignement général, technologique et technique, professionnel). Ainsi, Le CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré), permet d’enseigner au collège et au lycée d’enseignement général. Le CAPET (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique) permet d’enseigner dans les lycées une discipline technologique. Le CAPLP (certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel), permet d’enseigner dans les lycées professionnels.

* Les professeurs agrégés des lycées (agrégation de l’enseignement du second degré). On l’appelle également agrégation des lycées.

L’appartenance aux corps des professeurs des écoles, certifiés et agrégés des lycées, ne confère pas le titre honorifique de PROFESSEUR, Pr.

CONFUSIONS A EVITER

Il ne faut donc pas confondre cette agrégation des lycées où le seul master 1 (maîtrise soit bac +4), suffit pour se présenter au concours dans la discipline de son choix ; avec l’AGREGATION DES UNIVERSITES (ENSEIGNEMENT SUPERIEUR) qui est un titre exclusivement réservé à une catégorie d’enseignants des universités. Ils relèvent du ministère de l’enseignement supérieur, alors que les profs du premier et second degré, dépendent du Ministère de l’éducation nationale.

Pour accéder au corps des professeurs des universités, il faut être titulaire d’un doctorat, justifier de plusieurs années d’expérience en qualité de maître de conférence et obtenir une habilitation à diriger les recherches (HDR).

Il ne faut pas non plus confondre : maître de conférences dans une université en France et au Cameroun. Au Cameroun il y a deux voies pour accéder au corps des professeurs agrégés des universités : d’une part, les maîtres de conférences sont équivalent à des professeurs agrégés des universités, ils sont nommés en regard de leurs travaux scientifiques, reconnus comme tels par un jury. D’autre part, les professeurs agrégés des universités, après avoir réussi au concours d’agrégation des universités, en Afrique (CAMES).

En France par contre, le statut de maître de conférence ne correspond pas du tout à celui de professeur agrégés des universités dont j’ai précisé les conditions d’accès tant au Cameroun qu’en France plus haut. Il ne faut pas non plus confondre l’admission à la liste de maître de conférences et occuper un poste de maître de conférences.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

QU’EN EST-IL DE MR  FRANKLIN NYAMSI ?

Il est certes à féliciter. Il a réussi à un concours aussi sélectif qu’est l’agrégation des lycées en France en 2003. Il a persévérer en obtenant son Doctorat en 2010. Enfin il a été admis dans la liste d’aptitude aux fonctions de Maître de Conférences. Il lui reste donc d’obtenir un poste dans une université française pour être nommé maître de conférences. Pour l’instant Franklin Nyamsi continue d’enseigner la philo dans un lycée de France.

Mr Franklin Nyamsi est donc invité à nous préciser ici en vertu de quoi il use et abuse du titre honorifique et exclusif de PROFESSEUR (Pr.). Au vue de ce qui est précisé plus haut il ne remplit pas ENCORE les conditions pour accéder au corps des PROFESSEURS DES UNIVERSITES, ni en France, ni au Cameroun.

Dans ses différents profils, Franklin Nyamsi  prend le soin de manipuler avec subtilité, pour mieux perdre les personnes pas très vigilantes. Tenez plutôt en voici un exemple :

« Agrégé » de philosophie (ma question : pourquoi ces guillemets quand il parle de l’université ?) Université de Rouen septembre 2011 – Aujourd’hui (3 ans 4 mois)

Histoire de la philosophie anglaise, Licence 1, 2, 3.

Professeur agrégé de philosophie (pourquoi professeur de philosophie quand il parle de l’académie de Rouen ?) Académie de Rouen septembre 2008 – Aujourd’hui (6 ans 4 mois)

C’est bien dit sauf qu’il n’a pas le droit au vu de ceci de se faire appeler Pr. Car il n’est pas du tout PROFESSEUR DES UNIVERSITÉS, mais bien enseignant de philo dans un lycée de Rouen (Académie de Rouen). En France une académie correspond à ce que nous appelons au Cameroun Délégation Régionale (provinciale) de l’éducation nationale.

Il y a en effet des professeurs de lycée qui peuvent enseigner à l’université ils sont généralement agrégés des lycées. Franklin Nyamsi en fait certainement partie. C’est pourquoi il prend le soin de mettre les guillemets sachant qu’il n’a pas le droit de se faire appeler professeur, titre réservé comme précisé plus haut. Franklin Nyamsi note professeur agrégé lorsqu’il parle de l’académie de Rouen, sans guillemets, car dans une académie (équivalent de délégation régionale de l’éducation au Cameroun), on parle de prof de français, anglais, philo, maths… car on comprend immédiatement qu’il s’agit d’un lycée…Mais comme il pense que les « camer don’t take care on this kind of things », il se permet de …le faire. Trop c’est trop, je dénonce !

Il n’y a aucune honte à être enseignant de la maternelle, du primaire ou du secondaire comme ce qu’il est aujourd’hui. Ce sont des métiers noble que moi, j’honore.

L’ambition est une bonne chose, surtout lorsqu’on s’en donne les moyens. Mr Franklin Nyamsi vise certainement le grade de professeur agrégé des universités. C’est bien. Il est sur ce chemin, long et laborieux. Mais surtout pour arriver au bout du chemin, il faut une bonne dose d’humilité et de modestie.

Le but de cette communication est d’attirer l’attention de chacun sur les usurpateurs de titres qui nous entourent. L’Afrique a besoin que chacun de ses enfants soit vrai et honnête avec lui-même, pour ensuite être vrai et honnête avec les autres. Il ne faut pas frustrer les jeunes africains et camerounais, sans diplômes, mais qui font tourner le pays grâce à leurs mains et leur ingéniosité. Grâce à eux il y a une agriculture, l’élevage, des techniciens… préservent nos cultures ancestrales.

J’ai en horreur les parvenus. Je lui souhaite bonne chance.

via Anna M.Mvondo

Populaires cette semaine

To Top