Actu'Décalée

Francophonie: Qui succédera à Abdou Diouf

15ème-sommet-de-la-francophonie

L’ancienne gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean,  présentée comme l’élue de François Hollande serait sur les starting-blocks pour succéder au SG sortant.

Le 15ème sommet de la francophonie aura lieu du 29 au 30 novembre prochains à Dakar au Sénégal. L’élection d’un nouveau secrétaire général de l’organisation (OIF) devrait en constituer le principal point d’orgue. A moins d’une semaine de  l’échéance, onze candidats sont sur la ligne de départ pour succéder à Abdou Diouf, le SG sortant.

Il s’agit de : Michaëlle Jean, l’ancienne gouverneure générale du Canada,  l’écrivain Congolais Henri Lopès,  le journaliste et homme politique Mauricien Jean-Claude de l’Estrac, l’ancien président BurundaisPierre Buyoya, l’ex ministre Équato-guinéen de la culture du tourisme et de la Francophonie Agustín Nze Nfumu, le président Libanais Michel Sleiman, l’avocat et homme politique Béninois Maître Adrien Houngbédji, le président de la commission de la CEDEAO, le Burkinabè Kadré Désiré Ouédraogo, le Togolais Edem Kodjo ex secrétaire général de l’OUA, le Gabonais Jean Ping successeur d’Alpha Oumar Konaré à la commission de l’union Africaine (UA) ou encore l’ancien président de la transition du mali, M.Dioncounda Traoré.


Brève biographie des onze candidats en lice


I-
Michaëlle Jean (57 ans) : Michaëlle Jean née Marie Michaëlle Eden Jean, naquit  le 6 septembre 1957 à Port-au-Prince, Haïti. Animatrice de télévision et journaliste Canadienne, elle occupa de septembre 2005 à septembre 2010, le poste de gouverneur général du Canada. Après un baccalauréat en langues et littératures hispaniques et Italiennes, elle a obtenu une maîtrise en littérature comparée à l’université de Montréal. Polyglotte, cette candidate au poste de SG de l’OIF parle couramment : le Français, l’Anglais, l’Espagnol, l’Italien et le créole Haïtien.  Crédité du soutien inconditionnel du locataire de l’Élysée, la visite d’État de François Hollande au Canada au début de ce mois (Novembre 2014)  serait  de l’avis de plusieurs  observateurs, un signe avant-coureur de la désignation prochaine  de Michaëlle Jean au secrétariat général de l’OIF. Bien que mal connu des dirigeants  et des palais Africains, une bonne partie de l’opinion soutient qu’il serait presque impossible pour un autre ressortissant du continent noir de succéder à Abdou Diouf (et Boutros Boutros Ghali, premier titulaire du poste).


II-
Henri Lopès (77 ans) : Écrivain parmi les plus représentatifs de l’Afrique noire Francophone et même au-delà. Henri Lopès est né en 1937 à Léopoldville. Il a tour à tour fait des études à Brazzaville et Bangui avant de rejoindre l’université de La Sorbonne dont il est diplômé depuis 1963. Après avoir occupé d’importantes fonctions administratives dans son pays dont celles de premier Ministre, de 1973 à 1975. Il est depuis octobre 1998, ambassadeur du Congo Brazzaville en France. Même s’il pourrait logiquement  bénéficier de quelques soutiens de poids dans la sous-région Afrique centrale et au-delà, les chances d’Henri Lopès  de succéder à Abdou Diouf sont minces. Excepté le fait qu’un Africain noir ne devrait pas succéder à un autre Africain, sauf changement de dernière heure. L’écrivain Congolais est considéré par ses contempteurs comme un littéraire pur et simple, alors même que,  plutôt qu’un simple outil de promotion de la langue Française,  l’OIF dans sa nouvelle déclinaison est une organisation politique, un instrument de lobbying et un groupe de pression de Paris sur l’échiquier international.


III-  Jean-Claude de l’Estrac (66 ans) :
Né le 17 février 1948 à Quatre- Bornes, Jean-Claude de l’Estrac  est un homme politique mauricien. Ancien ministre des Affaires étrangères de Maurice, il est depuis le 12 juillet 2012, secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI). Journaliste, il a  entre autres collaboré avec : l’Express, l’agence Reuters et Jeune Afrique.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


IV- Jean Ping (72 ans) :
Jean Ping a vu le jour le 24 novembre 1942 à Omboué au Gabon, d’un père Chinois originaire de l’Etat de Wenzhou (Sud-est du pays) et d’une gabonaise. Titulaire d’un doctorat en sciences économiques de l’université de Paris I Sorbonne. Il a occupé d’importantes fonctions administratives sous Omar Bongo Ondimba dés 1990, avant son élection au poste de président de la commission de l’union Africaine (UA) en 2008. Diplomate chevronné et considéré comme le symbole même de l’ouverture (trait d’union entre l’Afrique et l’Asie), le candidat Ping a également une grande expérience des grands dossiers internationaux hérité de son passage à la tête de l’organisation Panafricaine.


V-Edem Kodjo (76 ans) :
Édouard Kodjovi Kodjo de son vrai nom, Edem Kodjo naquit le 23 mai 1938 à Sokodé au Togo. Homme politique (premier ministre à deux reprises sous le président Gnassingbé Eyadema, ensuite sous son fils Faure) et ancien secrétaire général de l’organisation de l’unité Africaine (OUA) de 1978 à 1983. Il est diplômé de l’école nationale d’administration de Paris (ENA) promotion Blaise Pascal, sortie en 1964.


VI-Adrien Houngbédji (72 ans) : Adrien Houngbédji
est venu au monde le 5 mars 1942 à Aplahoué. Homme politique Béninois et président du Parti du renouveau démocratique (PRD), il fut premier ministre sous Mathieu Kérékou de 1996 à 1998. Docteur d’État en droit de la faculté de droit de Paris en 1967, major de l’Ecole Française de Magistrature la même année. Il s’est inscrit au barreau de Cotonou en 1968.


VII- Michel Sleiman (66 ans) :
Né le 21 Novembre 1948 à Amchit, commune au nord de Byblos, dans la région du Mont-Liban. Le général Michel  Sleiman est un homme d’Etat  Libanais. De 2008 à 2014, il est le 11e président de la république depuis l’indépendance du pays. Diplômé de l’école militaire de son pays en 1970, il est également titulaire d’une licence en sciences politiques et parle parfaitement le Français et l’Anglais.


VIII- Kadré Ouédraogo (61 ans) : Kadré Désiré Ouédraogo
est un homme politique Burkinabé, né en 1953. Diplômé de la Business School HEC Paris, il fut notamment Vice Gouverneur à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et ambassadeur du Burkina Faso auprès de l’Union Européenne et du Royaume de Belgique, avant  sa nomination comme Président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).


IX- Pierre Buyoya (65 ans) :
Le major Pierre Buyoya est né le   24 Novembre 1949 à Rutovu dans la province de Bururi. Putschiste et président de la république de 1987 à 1993, il occupe actuellement les fonctions de Haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel depuis le 25 octobre 2012. Il était auparavant le responsable de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) du 30 janvier au 1er juillet 2013.


X- Agustín Nze Nfumu (65 ans) :
Originaire du village d’Otong-Ntam, District de Anisok, Province de Wele-Nzas (Guinée équatoriale) où il est né  le 18 mai 1949.  L’ancien ministre équato-guinéen de la Culture, du tourisme et de la francophonie (1993) a fait des études supérieures en Relations internationales à l’Université du Caire en Égypte. Depuis 1996, Agustín Nze Nfumu  est  le conseiller diplomatique du président Obiang Nguema Mbasogo dont il est aussi désormais le représentant personnel au Conseil permanent de la Francophonie à l’OIF.


XI-
Dioncounda Traoré (72 ans) : Né le 23 février 1942 à Kati, au Mali.  Dioncounda Traoré a poursuivi  des études supérieures en 1961, couronnées par l’obtention d’un doctorat en Mathématiques. Président de l’assemblée nationale au moment du coup d’Etat,  il fut le successeur constitutionnel d’Amadou  Toumani Touré à la tête de l’Etat Malien du 12 avril 2012 au 4 septembre 2013.

© Yves Junior NGANGUE | Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top