Features

François Hollande attendu à Yaoundé le 05 juillet prochain

François Hollande - Paul Biya

L’information révélée le 03 juin dernier par le confidentiel La Lettre du Continent s’est étoffée de détails supplémentaires ces derniers jours. Coulisses.

Les milieux de la presse nationale devaient avoir la puce à l’oreille depuis le début du mois lorsque le cabinet civil de la présidence de la République a décidé de convier les journalistes de la presse privée à déposer des demandes d’accréditation de «journalistes sérieux et compétents» pour couvrir les activités du couple présidentiel. Une première en 33 ans de pouvoir de Paul Biya que nombre de confrères ne se sont pas expliqué dans un premier temps. Ils étaient encore nombreux à se demander les raisons de la magnanimité de l’entourage de Paul Biya vendredi, 12 juin dernier alors qu’une bonne dizaine d’entre eux a été invitée à une réunion de briefing dans le bureau du directeur adjoint du cabinet civil sieur Joseph Le. Finalement la rencontre de présentation des enjeux a été ajournée à ce lundi, 15 juin. Les stratèges de la communication présidentielle se sont sans doute rendu compte qu’il était encore trop tôt pour parler en terme officiel de la prochaine visite officielle de François Hollande à Yaoundé.

L’esprit Charlie au Bénin

Quoiqu’il en soit, l’affaire est un secret de polichinelle dans les réseaux des relations entre la France et l’Afrique en France. Le président de la République française doit effectuer une mini-tournée d’une durée totale de trois jours dans trois capitales africaines. François Hollande devrait commencer son voyage par le Bénin où il rencontrera son homologue Thomas Yayi Boni qui a récemment annoncé sa décision de ne pas changer la Constitution pour se présenter pour un troisième mandant. Un penchant pour l’alternance démocratique que le chef de l’État français voudrait récompenser. Il faut ajouter à cela la présence du chef de l’État béninois le 11 janvier dernier à Paris pour la marche organisée autour du président Hollande après les attaques contre Charlie Hebdo. L’avion du président français devrait atterrir et décoller à Porto Novo le 04 juillet prochain.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Direction le Cameroun où Hollande passera sans doute la nuit 14 ans après le passage de Jacques Chirac en séjour à Yaoundé en  2001 à l’occasion du sommet France-Afrique. On sait que Yaoundé a multiplié le lobbying auprès des réseaux de la Françafrique depuis au moins le quinquenat de Sarkozy pour recevoir un chef d’Etat français. Des efforts qui se sont révélés vains au  point de compliquer au fil des mois les relations entre le Palais de l’Unité et les diplomates français en services à Yaoundé, considérés à tord ou à raison par une partie de l’opinion comme les responsables de la bouderie des présidents Sarkozy et Hollande. L’agenda de cette visite reste particulièrement opaque.

Le pouvoir ne fait jusqu’ici aucune mention de cette visite. Et même le Social democratic Front qui pourrait avoir un agenda militant dans cette visite – en tant que membre de l’Internationale Socialiste – dit n’avoir aucune nouvelle ni de l’Élysée du Parti socialiste français sur les articulations du séjour d’Hollande en terre camerounaise. Mais les questions d’intérêt ne manquent pas. Un sujet qui risque fort d’être adressé est celui de l’aide que la France peut apporter à la sous-région du Bassin du Lac Tchad dans la lutte contre Boko Haram. Une aide qui viendrait couronner les efforts de la nouvelle coalition pilotée par le Nigéria qui s’ajouterait à l’appui logistique et humanitaire que l’État français fournit déjà au pays comme le Cameroun, le Tchad et le Niger. L’autre enjeu est économique. La France voudrait reprendre la main dans les grands projets en cours au Cameroun après la percée de la Chine et l’arrivée d’autres acteurs européens et américains tels que la Turquie ou le Brésil. Des projets comme celui piloté par EDF pour un  barrage hydroélectrique à Nachtigal sont la preuve qu’il y a encore de la place à se faire. Et puis il y a l’affaire Lydienne Yen Eyoum qui risque fort être un point qui va obscurcir le tête-à-tête Biya-Hollande après la libération en février 2014 de Michel Thierry Atangana du fait justement des pressions de François Hollande.

La mini-tournée marathon de François Hollande en Afrique va prendre un terme en Angola où le groupe Total gère un important portefeuille de projet notamment dans le champ de l’exploitation des hydrocarbures.

Source

Populaires cette semaine

To Top