Features

France – un couple Camerounais inventent un enfant pour toucher des allocations

ngaoundere-fou-malade mental-pédophile-Homme-Arrestation

Un couple d’Achères (Yvelines) est soupçonné d’avoir escroqué la Caisse d’allocations familiales en inventant l’existence d’un enfant. Il vont être convoqué par la justice.

Une escroquerie des plus surprenantes. Un couple avait inventé l’existence d’un enfant afin de toucher des prestations de la Caisse d’allocations familiales (Caf). Un homme et une femme, âgés de 35 et 36 ans, ont été placés en garde à vue au commissariat de Maisons-Laffitte, mercredi, pour s’expliquer sur cette sombre histoire.

Durant l’année 2010, alors qu’ils habitaient la commune, ils auraient touché frauduleusement 4 500 euros au titre de l’aide au logement. «Le mari déclarait qu’il vivait avec un second enfant, né en 2008 au Cameroun et rattaché en octobre 2010 à leur foyer, explique une source proche du dossier. Sauf que celui-ci n’a jamais vécu en France. Elle n’est pas la mère et lui n’est pas le père. »

La Caf a mené l’enquête

Le couple a fait l’objet de dénonciations. La Caf a donc ouvert une enquête qui a permis de révéler cette supercherie. L’enfant n’avait jamais été malade et il n’était inscrit ni à l’école, ni à la garderie… La Caisse d’allocations familiales a donc porté plainte. Le parquet a été saisi de l’affaire.

Durant sa garde à vue, le couple, qui habite désormais à Achères, a soutenu être les parents de cet enfant fantôme.

    «Ils assurent que le petit vit au Cameroun, selon notre source. La mère ne l’a jamais porté. Et il aurait fallu que l’homme se rende au Cameroun pour en être le père. On ne sait pas s’il existe réellement. En tout cas, il ne se trouve pas en France. »

Comme seule preuve de son existence, les suspects ont fourni la photocopie d’un extrait d’acte de naissance camerounais dont l’authenticité est mise en doute par les enquêteurs.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Un escroc bien connu de la justice

Le père, natif du Cameroun, est «très défavorablement connu des services de police et de la justice pour de moult escroqueries », nous explique-t-on. Il aurait d’ailleurs déjà été incarcéré pour ce type de faits.

Avec l’extrait d’acte de naissance douteux, le père a réussi à obtenir un certificat de nationalité française, au nom de l’enfant fictif, auprès du tribunal d’instance de Saint-Germain-en-Laye. Le suspect s’est également rendu à la mairie de Maisons-Laffitte pour demander une carte d’identité et un passeport au nom du gamin, accompagné d’un autre enfant qui, selon notre informateur, «ne correspondait pas à celui qui figurait sur les photos » que le suspect fournissait au service de l’état civil. L’agent municipal a donc refusé d’enregistrer sa demande. «Il explique maintenant que c’était le fils d’un ami venu uniquement pour l’accompagner », poursuit notre source.

Durant les perquisitions, les policiers ont retrouvé au domicile du couple deux passeports au nom du mari et dont l’authenticité est également mise en doute. «Les tailles – 1,67m et 1,86m – différaient de l’un à l’autre, ainsi que les signes distinctifs », nous précise-t-on. Ces documents doivent être expertisés dans les prochains jours.

La suite des investigations doit permettre de mettre à jour les autres avantages dont le couple aurait bénéficié. Notamment au niveau des impôts, car le couple déclarait deux enfants au lieu d’un. Ce qui entraîne une réduction. Visiblement très gourmand, le père indiquait également au Trésor public qu’il versait une pension alimentaire. Ce qui n’est pas le cas, selon la police. Ils ont été tous deux remis en liberté mercredi soir et devront se présenter prochainement à la justice.

© Source : courrierdesyvelines.fr

Populaires cette semaine

To Top