Features

Football – Mathurin Kameni : 38 ans « Je pourrai jouer jusqu’à 45 ans »

A travers les attitudes de Mathurin Kameni depuis trois saisons, les habitués des gradins des stades de football du Cameroun ont certainement redéfini ce qu’on appelle l’amour d’une discipline. Revenu au Cameroun après une expédition en Egypte où il a été contraint au repos après une opération de son genou droit, Kameni accepte d’accompagner le projet de Stade Renard de Melong. Il lui est confié le poste d’entraîneur des gardiens de buts qu’il accepte sans condition : « Melong c’est mon village, le football c’est ma vie. Si je dois travailler pour le bien des deux, je n’aurai pas de conditions à poser ».

Au quotidien, il transmet conseils et consignes aux jeunes gardiens de l’équipe, mais se met lui-même dans les conditions d’un joueur prêt à jouer. Il est d’ailleurs inscrit sur toutes les listes des matches de son équipe comme gardien remplaçant. Puis, un jour de finale des barrages dans la région du Littoral, Mathurin Kameni est le premier joueur de Stade Renard à fouler la pelouse du stade de la réunification, brassard bien serré à sa main gauche, entraînant après lui les dix autres joueurs de stade Renard pour ce match capital face à Avion du Nkam. Le public crie alors au scandale et demande aux joueurs d’Avion de tirer à toutes les positions, estimant que Kameni était fini. Pendant les 120 minutes de cette finale, Mathurin a prouvé le contraire. Mieux, notre ami a stoppé deux tirs aux buts dans la séance aléatoire pour départager les équipes et a permis de qualifier Stade Renard de Melong pour les interpoules.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La suite on la connait : gardien de buts, capitaine et entraîneur des gardiens, il a tenu son rang de la ligue régionale jusqu’à la montée en Ligue 1 de son équipe de cœur. Né le 4 Février 1978 à Douala, il débute sa carrière dans stade de Melong avant d’aller à Kumbo Strikers de Kumbo dans le nord-ouest Cameroun. Il offre à cette jeune équipe de huit ans d’âge, son premier trophée de Coupe du Cameroun en 2000. Repéré par Coton Sport de Garoua, il y gagne 5 titres en championnat (2001, 2003 et 2004) et Coupe du Cameroun (2003 et 2004). Troisième gardien des Lions indomptables à la CAN 2004 en Tunisie, il revient au Cameroun pour une saison à Racing de Bafoussam avant de poser ses valises en Egypte dans le Haras El-Hedood Club, où en 5 ans, il est deux fois meilleur gardien de buts devant le titulaire au poste de l’équipe nationale égyptienne El Hadaary.

Deux fois vainqueur de la coupe nationale d’Egypte (2009 et 2010), il se blesse, se fait opérer et revient au pays. « Dans la carrière d’un joueur, on ne peut pas prévoir des blessures. Il faut avoir beaucoup de chance. Après mon repos, je viens de prouver que je peux encore. J’ai une très bonne hygiène de vie, je ne bois pas d’alcool, je ne fume pas, pas d’excès. Je peux jouer jusqu’à 45 ans. J’espère d’ailleurs repartir jouer à l’étranger dans quelques mois », croit-il. Partir à l’étranger pour chercher fortune, à moins que Jean Rigolo Kuete le président de Stade Renard de Melong ne lui propose un nouveau contrat à la taille de ses ambitions financières.

David Eyengue

Populaires cette semaine

To Top