Features

Fonkam azu’u, le miraculé d’ elecam

Elecam-Fonkam-Azu’u,

Le président du conseil électoral conserve son poste, mais traîne un passé sulfureux. Révélations sur les véritables raisons du climat délétère qui a longtemps prévalu dans ses rapports avec l’ancien directeur général.

Au sein de l’opinion nationale, l’on s’accorde à dire que l’ancien directeur général d’Elections Cameroon (Elecam) fait les frais du front qu’il a mené contre le président du conseil électoral, Samuel Fonkam Azu’u. Les deux hommes s’étaient engagés dans une bataille à fleurets mouchetés, finissant par gripper le fonctionnement cette institution ô combien sensible pour la consolidation de la démocratie au Cameroun.

L’on se souvient que, le 21 juin dernier, Mohaman Sani Tanimou ne s’était pas présenté au Palais des congrès de Yaoundé lors de la session ordinaire du conseil électoral d’ Elecam alors que, statutairement, c’est lui qui devait en être le rapporteur. Le 24 octobre 2014, le président du conseil électoral déclarait déjà : «Face aux contre-vérités alléguées dans la presse, le Conseil électoral se devait de faire une mise au point (…). La crise perdure !» Cette crise entre les deux organes d’ Elecam tirait son origine d’une résolution nommant les délégués régionaux, signée de M. Fonkam Azu’u le 9 juillet 2014. Mohaman Sani Tanimou opposera alors une fin de non recevoir à ces actes au prétexte qu’il n’avait pas été consulté. Dans l’imagerie populaire, il s’agissait ni plus ni moins que d’un conflit d’autorité.

Pourtant, dans les couloirs de l’immeuble siège d’ Elecam à Bastos, il se rapporte à demi-mots que le débat sur les compétences ne serait que l’arbre qui cachait la forêt. Le contrôle des ressources financières de cette institution étant manifestement à l’origine de la discorde entre le président du conseil d’Elecam et le désormais ex-Dg. Selon des sources introduites, Samuel Fonkam Azu’u, très porté sur le lucre, entendait pour sa part monopoliser le pouvoir en distribuant tous les marchés à de petits copains et à ses sociétés-écran. Seulement, Mohaman Sani Tanimou s’opposait régulièrement à ces méthodes peu orthodoxes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les 7 plaies de Fonkam Azu’u

A la direction générale d’ Elecam, où Samuel Fonkam Azu’u dispose de bureaux et s’y rendrait tous les jours, beaucoup n’ont pas oublié la boulimie financière qui caractérise le président du conseil. Info ou intox ? Il se rapporte par exemple qu’à la veille de la double consultation législative et municipale du 30 septembre 2013, l’homme réclamait encore de l’argent aux bailleurs de fonds étrangers qui avaient décidé d’accompagner le Cameroun, alors que Dg jugeait que les contributions de ces partenaires étaient largement au dessus des besoins.

En décembre 2008, selon des informations recoupées auprès des autorités américaines, Gana Franline Ndaga, Cyril Kpuye, Jc Akina et Dominic Nkongho Ewang avaient obtenu des visas pour les Etats-Unis. D’après des indiscrétions recueillies dans les milieux diplomatiques américains à Yaoundé, les premières vérifications faites au pays de l’Oncle Sam confirmaient l’existence d’un vaste réseau d’immigration clandestine entretenu par le président du Conseil électoral de Elecam, Fonkam Samuel Azu’u, par ailleurs secrétaire général adjoint de l’Assemblée nationale.

Décidément, l’homme est un habitué des coups tordus. L’on se demande si le nouveau directeur général d’ Elecam saura se conformer aux méthodes chevaleresques du président du conseil. À l’observation, Abdoulaye Babale, dès ses premières sorties, se serait déjà mis à plat ventre.

Populaires cette semaine

To Top