Features

Fonction publique : 6222 emplois en vue

des-camerounais-vendeurs-de-rue-cherchent-des-clients-a-yaounde-le-27-avril-2015_5333261

13 concours  directs et de formation lancés jeudi dernier par le Minfopra. Les autres suivront. Bonne nouvelle pour les jeunes Camerounais. Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Michel Ange Angouing a ouvert à leur intention, 13 concours jeudi dernier. Les affaires sociales, la comptabilité matière, les eaux et forêts, les régies financières, les postes et télécommunications, l’agriculture, sont entre autres, les secteurs concernés. Ces concours directs offrent aux futurs lauréats, titulaires des diplômes requis, la possibilité d’une intégration immédiate.

Les seconds concours, sont des concours de formation à Institut national de jeunesse et des sports (Injs) et dans les Centres nationaux de jeunesse et des sports (Cenajes). Les candidats déclarés définitivement admis, ne seront éligibles à un processus d’intégration, qu’au terme d’un cycle d’études dont la durée varie entre deux et trois ans, selon le grade ou la catégorie sollicitée. D’après Serge Tsimi, directeur du développement des ressources humaines de l’Etat, ces concours directs offrent 1225 emplois. Ajoutés aux 997 places en vue dans le cadre du lancement imminent des concours de recrutement dans les corps des mines et géologie, de la documentation, élevage et pêche, cadastre, génie civil, sage-femme, météorologie…ce sont 2222 emplois au total qui sont prévus. A côté de ceux-ci, 4000 places seront aussi bientôt disponibles dans le cadre du recrutement des élèves des Ecoles normales supérieures (Ens) et des Ecoles normales supérieures de l’enseignement technique (Enset). Le coup d’envoi sera donné incessamment par le ministre de l’Enseignement supérieur.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour les 13 concours ouverts, notre source fait savoir que les équipes sont prêtes à recevoir les premiers dossiers dans tout le pays. Notamment, la copie certifiée de l’acte de naissance, du diplôme requis, de l’extrait de casier judicaire mais aussi une quittance de versement de 15 000 F, entre autres. L’âge exigé varie d’un concours à un autre. Et pour ne pas s’embrouiller le jour-J, le directeur conseille aux candidats de lire avec minutie les dispositions portant ouverture du concours au ministère, dans les délégations régionales ou sur le site www.minfopra.gov.cm. Et de faire certifier les pièces par les autorités compétentes. L’année dernière, plus de 4000 jeunes ont été recrutés. Ils ont pris service et sont des salariés aujourd’hui.

Sources : Cameroun Tribune

Populaires cette semaine

To Top