Features

Festicoffee 2015: Ça démarre le 23 avril

Festicoffee 2015-café

La troisième édition de ce festival met l’accent sur la femme camerounaise dans le café. Les articulations déroulées hier à Yaoundé au cours d’un point de presse. La fête du café camerounais pointe ses saveurs et arômes. La troisième édition du Festicoffee, rendez-vous des professionnels de la filière café et du grand public, se tiendra du 23 au 25 avril prochain.

Thème choisi : « La femme camerounaise dans le café ». C’est d’ailleurs avec les caféicultrices que vont démarrer les festivités du 18 au 21 avril à travers un voyage d’échanges entre agricultrices gabonaises et camerounaises. Le Festicoffee, lui, sera lancé le 23 avril prochain à Yaoundé. A la même date, les amateurs de café de 23 villes du pays et six capitales africaines auront l’occasion de le déguster gratuitement au cours du « Coffee Tasting Day ». Les activités prévoient également une foire exposition, ainsi qu’une exposition « Route du café ». Le 24 avril, un forum sur le thème, « Filière café : une opportunité d’affaires pour la femme » est envisagé. Il s’agira d’une plateforme d’échanges visant à présenter les ingénieuses solutions des femmes pour faire face aux difficultés de la filière. Le festival va refermer ses portes à la suite d’une soirée culturelle et d’une remise de distinctions dénommée « Coffee awards ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

C’est hier, au cours d’un point de presse donné par le ministre du Commerce (Mincommerce), en présence du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, que les articulations du Festicoffee 2015 ont été présentées. Le Mincommerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, a indiqué que : « Le Festicoffee est entré dans les mœurs. Nous voulons faire de ce festival, un présentoir de notre savoir-faire ».

Il a d’ailleurs rappelé que l’objectif de l’évènement organisé par le Conseil interprofessionnel du cacao et du café est de promouvoir la consommation des produits locaux, sensibiliser et inciter à la consommation du café. « C’est une réalité économique. Il faut intéresser le maximum de monde à la consommation de nos produits», a-t-il ajouté. Cette troisième fête du café intervient dans un contexte où la production du café local s’est rétrécie au cours des dernières années. « Mais nous avançons », insiste Luc Magloire Mbarga Atangana. Et de préciser : « Nous travaillons à nous spécialiser dans les cafés dits de terroir, les cafés gourmets et dans le robusta qui procure un avantage compétitif ». La production annuelle de café s’est chiffrée à 35 000 tonnes en 2014, selon l’Interprofession du cacao-café.

 

 

Populaires cette semaine

To Top