Features

Fecafoot: Le Premier ministre s’invite dans le processus électoral

primature-personnes-gouvernement-services-PM-Premier-ministre-Yaoundé-remaniement-Boko Haram

Suite aux injonctions de Philemon Yang à Joseph Owona, un délai supplémentaire a été accordé aux candidats à la présidence de la Fecafoot

Dans l’après midi de vendredi 21 novembre dernier, le Premier ministre du Cameroun, Philemon Yang, a donné une instruction relative au processus électoral en cours à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Lors d’un entretien en tête à tête avec le Pr Joseph Owona, le PM a demandé au président du Comité de normalisation de la Fecafoot de rouvrir les listes des postulants à la présidence de la Fecafoot:«pour qu’il y ait un minimum de deux listes».Suite aux injonctions du Pm, le président du Comité de normalisation de la Fecafoot a réagi favorablement à cette demande. C’est à travers un communiqué rendu public samedi dernier que l’information a été donnée:
«Suite à la décision N°232jFCFjPCNjSTCEj2014 du 20 novembre 2014 sur l’éligibilité des candidatures à la Fecafoot, le Président de la Commission électorale de la Fecafoot, le Pr Joseph Owona a l’honneur d’informer les candidats à l’élection du Président de la Fecafoot et des membres du Comité exécutif qu’un délai supplémentaire exceptionnel leur est accordé à l’effet de compléter leurs dossiers de candidature, conformément aux dispositions de la loi électorale de la Fecafoot, cela pour donner une chance à des élections plus compétitives et sereines. Les listes complétées devront être déposées auprès du rapporteur du Secrétariat Technique aux élections au plus tard le mercredi 26 novembre 2014 à 15 heures 30 minutes. Les candidats concernés seront reçus le lundi 24 novembre à partir de 16heures par le Président du Comité de normalisation au siège de la Fécafoot.»

Initialement, les candidats à l’élection à la présidence de la Fecafoot avaient jusqu’au lundi 17 novembre 2014 à 15h30, pour faire acte de candidature. La commission électorale de la Fecafoot a alors enregistré les candidatures de l’honorable Brigitte Mebandé, Jules Frédéric Nyongha, Robert Atah, Joseph Antoine Bell, Robert Penne et Sidiki Tombi à Roko. A l’heure de se prononcer sur les candidats éligibles, seul le dossier de Sidiki Tombi à Roko était complet. La commission électorale de la Fecafoot a alors accordé aux cinq autres postulants, un délai de quatre jours, soit jusqu’au jeudi 20 novembre 2014, à 15h30, pour compléter leurs dossiers auprès du secrétariat technique aux élections. Ce qui n’a pas été fait.

La conférence de presse qui était annoncée l’après midi du jeudi 20 novembre pour annoncer le ou les candidats retenus l’élection du 29 novembre 2014 a été finalement annulée, après moult tractations. Le lendemain, le Pm, qui jusque là, évoluait masqué, a fait son entrée en scène. Lors de son entretien, avec le Pr Joseph Owona, il a fait remarquer à l’éminent professeur de droit constitutionnel, que les nouveaux textes de la Fecafoot sont taillés sur mesure pour Sidiki Tombi à Roko, le secrétaire général de cette institution. Le président du comité de normalisation de la Fecafoot a mis au défi le Premier ministre de lui montrer un seul extrait des nouveaux textes de la Fecafoot qui privilégierait le candidat Tombi à Roko.
Ce que n’a pas pu démontrer le PM.Vraisemblablement, quand il s’agit du football, la candidature unique gène notre jeune démocratie. Si on devait faire un parallèle avec la politique : il est a rappelé que lors des dernières élections législatives et même municipales au Cameroun, de nombreuses localités et circonscriptions ont tenu des élections avec des listes uniques, parce que les concurrents étaient soient inexistants ou simplement éliminés pour non respect des règlements de la loi électorales. Toutefois, pour un poste aussi convoité que celui de président de la Fecafoot, il est judicieux que plusieurs candidats soient retenus. Les postulants devraient donc saisir cette opportunité que leur offre le Pr Owona. La liste des membres du candidat Tombi à Roko étant désormais connue, cela donne l’opportunité aux mécontents, de se faire recruter par des concurrents. Ce qui est de bonne guerre. Mais méfions-nous de l’immixtion incessante du politique dans les affaires du football. Les mêmes causes pourront reproduire les mêmes effets.

Emile Zola Nde Tchoussi

Populaires cette semaine

To Top