Dossiers

Faux sites web de marque : les 5 astuces pour repérer les arnaques

Louboutin-Faux-Marques-Sites

Les sites qui vendent des produits de luxe contrefaits pullulent sur le web. Et les escrocs se montrent très ingénieux pour écouler leurs contrefaçons. Voici comment les détecter.

Des Escarpins Louboutin, des fauteuils Le Corbusier ou du Viagra trois fois moins chers qu’en magasin… Si sur un site qui ressemble comme deux gouttes d’eau au site officiel, on vous propose, hors soldes ou déstockages clairement annoncés, des produits beaucoup moins chers (parfois 80 % de réduction) que les prix habituellement appliqués, méfiance ! Il peut s’agir d’un site créé par des fraudeurs pour écouler des contrefaçons…

Plusieurs signes peuvent vous permettre de les repérer, avant de dégainer votre carte bancaire et d’essuyer une grosse déception devant un vulgaire produit contrefait, lors de la livraison. Les voici.

1. Les fautes d’orthographe et les logos

Traductions approximatives, fautes d’orthographe et de grammaire. Autrefois, il était facile de repérer un faux site. Mais attention, les escrocs se sont professionnalisés et soignent désormais ce genre de détails. Un « zéro faute » ne doit donc pas vous endormir.

Côté design du site, ils font également appel à des pro du Net et ces sites d’imitation sont très soignés, jolis photos, logo qui ressemble au millimètre près au vrai. Si vous vous montrez attentif, vous pouvez tout juste repérer quelques nuances : différence de teinte du logo par exemple, un détail en plus ou en moins… N’hésitez pas à faire des recherches pointues sur le net pour trouver le site officiel, afin de comparer. Profitez-en pour regarder du côté des forums, afin de voir si des consommateurs ne se sont pas déjà faits arnaqués.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

2. Des mentions manquantes

Les fraudeurs oublient souvent les mentions légales (nom et forme de l’entreprise ou nom et prénom du vendeur, adresse postale et e-mail, numéro de téléphone) et les conditions générales… Ces dernières, si elles existent, ne sont pas toujours rédigées en français (de nombreux sites contrefaits sont basés à l’étranger) ou sont très floues.

3. Des contacts indisponibles

Si un site vous paraît louche, tenter d’appeler ou d’envoyer un mail (quand bien entendu figurent sur le site un numéro de téléphone et (ou) une adresse courriel). Sans possibilité de le joindre ou sans réponse, renoncez à votre commande.

4. Des liens inactifs

Si les liens qui renvoient vers des labels ou certifications sécurisants (Fia-net, Global trust, NF, Norton Secured, Trusted Shops…) sont inactifs, méfiance. Et si la fenêtre s’ouvre, vérifiez qu’on vous a renvoyé vers le site officiel de l’organisme certificateur. Sinon, rendez-vous directement sur ce site et vérifiez si le e-commerçant qui vous a appâté est réellement partenaire du dispositif.

5. Le « https » n’est pas un gage suffisant

Attention, le petit cadenas ou la clé qui s’affiche en bas de page et le « s » (pour « sécurisé ») qui s’ajoute à « http » (« https ») dans la barre du navigateur signifient juste que le paiement est crypté mais il ne garantit en rien qu’il s’agit d’un site officiel. D’ailleurs, beaucoup de sites frauduleux préfèrent le paiement par virement bancaire avant livraison du produit, bien entendu.

Chantal Masson

Populaires cette semaine

To Top