Le ministre de l’Enseignement Supérieur est accusé de faire de grandes manœuvres dans le dos du Directeur de l’Institut de Relations internationales du Cameroun. Deux décrets signés du Minesup lancent le  même concours avec  les mêmes modalités.

Le ministre de l’Enseignement Supérieur  Jacques Fame Ndongo est dans une logique de reprise en main de l’Institut de Relations internationales du Cameroun (IRIC). Selon des informations publiées par le  quotidien Mutations de ce lundi 13 juillet 2015, le ministre a signé deux arrêtés lançant le concours de l’Institut de Relations internationales du Cameroun.   Le premier signé  le 1er  juin 2015, et le second  modifiant le premier, a été signé le 26 juin 2015. Le nombre de places (35)   et de filières  reste inchangé. Y compris les modalités de déroulement du concours.

Lesdits communiqués  ont été signés à l’insu du Directeur de l’IRIC,  Pierre Emmanuel Tabi. Celui-ci est considéré comme le «  poulain  » de Ferdinand Ngoh Ngoh, Secrétaire Général de la Présidence de la République.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


Selon le journal, le Directeur  de l’IRIC n’est pas en odeur de sainteté avec  de nombreux enseignants de l’établissement qui  le qualifient « d’usurpateur ». Ils disent qu’il n’est pas universitaire. C’est sous son magistère que l’IRIC a connu les plus gros scandales de son histoire. Les derniers étant cette crise de liquidité que traverse l’école depuis janvier 2015 et qui suscite le courroux des enseignants.

Joint  au téléphone, le Ministre Fame Ndongo  a dit  qu’il avait plusieurs écoles à gérer et qu’il ne pouvait se substituer au Directeur de l’Institut de Relations internationales du Cameroun.  D’aucuns redoutent de nouveaux remous en janvier prochain lorsque le concours de la filière diplomatie sera lancé. C’est cette filière seule qui donne droit à une intégration directe à la Fonction Publique et au statut de diplomate.

Cameroon Infos