Features

Extrême-Nord: 11 000 Nigérians en fuite au Cameroun

réfugiés-2-Conflit-lié-au-codage-Unicode

L’horreur des exactions de ces dernières semaines à l’origine de cette ruée massive vers l’extreme-Nord Cameroun. La localité de Fotokol dans le Logone et Chari a déjà enregistré, en l’espace de 48h, près de 11 000 déplacés. Au regard de l’ampleur du phénomène, ces statistiques devraient s’alourdir.

Une situation qui intervient au moment où l’on n’est pas encore sorti de l’auberge, en ce qui concerne les difficultés liées à la prise en charge des refugiés nigérians installés à travers l’Extrême-Nord. «Boko Haram tue tout ce qui bouge à Gambarou-Ngara depuis quelques jours. Les gens qui fuient cette terreur trouvent refuge au Cameroun. Il est pratiquement impossible de stopper cette migration », a confié une autorité locale jointe par téléphone hier sous le feu de l’action.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Une source policière a indiqué qu’un Camerounais qui vivait à Gambarou (Ngara) a littéralement été exécuté au cours de ces exactions. Le nommé Alhadji Modu Bassama aurait été « égorgé », en même temps qu’une dizaine d’autres habitants du village nigérian. Le corps du Camerounais à été transféré à Fotokol pour inhumation.

Après avoir semé le chaos dans la zone frontalière, les insurgés de Boko Haram, ont assiégé et pillé les domiciles et autres espaces marchants. Quelques jours plutôt (mardi 21 juillet), les terroristes faisaient exploser le pont reliant Gambarou (Ngara) à Maiduguri. L’armée nigériane qui aurait tenté de leur opposer une riposte n’a eu d’autres choix que de replier. Au moment où les populations nigérianes affluent en nombre sur le sol camerounais, ces mêmes forces nigérianes voudraient s’appuyer sur l’armée camerounaise pour traquer d’éventuelles infiltrations. Du pain sur la planche. Car, en l’état actuel des choses, l’on est au bord d’une crise humanitaire. Une crise de trop.

S.K. avec Alain-Charles AMOUGOU (Cp)

Populaires cette semaine

To Top