Features

Etrême-Nord : 41 civils tués par Boko Haram

boko-haram-kolofata-cameroun-gouvernement-Abubakar-Shekau

Ces dernières semaines ont particulièrement été particulièrement meurtrières pour les civils à l’Etrême-Nord. Dans le département du Mayo-Tsanaga, une attaque des éléments de Boko Haram à Ldma dans les environs de Touboro, le 21 septembre 2014, a fait 41 morts dont le maréchal des logis Lidjeck Réné et Baldina Timothée, enseignant au CES d’Achigachia. Les éléments du BIR et du BIM ont repoussé les assaillants et récupéré deux motos, un mortier et cinq obus model 777.

Quelques heures plus tôt, dans la nuit du 20 au 21 septembre 2014, dans la localité de Vreket dans l’arrondissement de Mayo-Moskota, les membres de la secte Boko Haram incendiaient un lieu de prière de l’église catholique et deux habitations. Ils ont également tiré sur le nommé Marcus, âgé de 45 ans, lequel a succombé à ses blessures. Dans la journée du 22 septembre 2014, l’armée camerounaise a mis un terme à une tentative d’incursion des éléments de la secte dans la ville d’Amchidé.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Mais le bilan est particulièrement lourd. 77 corps d’islamistes ont été dénombrés. De nombreux combattants sont faits prisonniers. Les éléments de l’armée ont aussi mis la main sur deux véhicules et une importante quantité d’armes. A ces morts dans la région de l’Extrême-Nord, il faut ajouter celui d’un certain Oumara, soupçonné par la secte Boko Haram d’être un informateur des services de sécurité. celui-ci a été assassiné dans le village Gancé, dans l’arrondissement de Kolfata, dans la nuit du 18 au 19 septembre 2014.

© L’Oeil du Sahel : DAVID WENAÏ

Populaires cette semaine

To Top