Essy Amara sur RFI: Avec le regime de Ouattara «La Côte-d’Ivoire est sous l’emprise d’une douce dictature»

Posted on février 15, 2016, 5:29

Gbagbo: cour des grands Africains. « Près de cinq ans après sa chute et son arrestation, l’ouverture du procès de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale est dans tous les esprits en Côte-d’Ivoire », constate Libération. Sur son site internet, le quotidien français publie un reportage effectué au « Terminus 47 » ainsi qu’au « Baron Bar », à deux pas de la rue Princesse (qui fut « l’une des plus célèbres d’Afrique, son animation était réputée dans tout le continent », rappelle Libé).

C’est donc bien dans la commune de Yopougon, agglomération d’Abidjan, « fief » de Laurent Gbagbo, que s’est rendu le journal pour mesurer le ressentiment de ses « inconditionnels », qui y ont ressuscité leur « Parlement ». Ici, on vient dire son dépit, son amertume, comme cet homme qui prévient : « Vous pouvez tuer Gbagbo mais pas son esprit. Gbagbo, c’est aussi moi, c’est aussi lui, c’est nous tous ! », dit-il à Libération.

Mais si Libé est allé à Yopougon, le site français d’informations en ligne Mediapart relève, lui, qu’à La Haye, dans sa prison, Laurent Gbagbo reçoit « énormément de visiteurs, des personnalités africaines, comme le ministre d’Etat sénégalais Amath Dansokho, des hommes politiques ivoiriens qui ne sont pas forcément de son bord politique ».

Parmi ces derniers, l’ex-diplomate Amara Essy, qui le déclare à Mediapart : la détention de Gbagbo à La Haye « entache l’image de la Côte d’Ivoire en Afrique, où de nombreux chefs d’Etat estiment qu’il n’a fait que défendre l’intégrité territoriale de son pays ».

L’ancien ministre ivoirien des Affaires étrangères souligne qu’en prison, la popularité de Laurent Gbagbo « ne peut que grandir, comme celle de Mandela ou de Thomas Sankara, qui restent des idoles pour la jeunesse africaine, toujours en quête d’un héros. Il a aussi la sympathie de la très grande majorité des chefs d’Etat africains », dit Amara Essy à Mediapart.

« Je constate tous les jours que nous sommes en Côte d’Ivoire sous l’emprise d’une douce dictature », ajoute cet ancien président de l’Assemblée générale des Nations unies et secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine.

CPI : la mise en garde de Macky Sall

Dans les colonnes de L’Express, le président sénégalais rappelle sa recommandation par lui exprimée lors du dixième anniversaire de la Cour pénale internationale : ne pas « apparaître comme une juridiction qui ne juge que des Africains : il lui faut regarder ailleurs et faire l’effort de diversifier ses dossiers », dit Macky Sall au journal français.

Son souci, ajoute-t-il, c’est d’éviter « d’offrir aux Etats d’Afrique le prétexte de rompre avec la CPI ». Car si les « 32 » Etats africains qui en font partie la quittent, « c’est fini pour elle », prévient le successeur d’Abdoulaye Wade à la tête du Sénégal.

RFI

 

Sources : AbidjanTV.net

FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Camer24 est un site web d'actualité d'information, mais avec un accent sur la culture et le Divertissement, sur l'Afrique, le Cameroun et sa Diaspora

2 Responses to: Essy Amara sur RFI: Avec le regime de Ouattara «La Côte-d’Ivoire est sous l’emprise d’une douce dictature»

  1. Cyrille Royal

    février 15th, 2016

    Lui Essy Amara un maudit comme cela ,quand gbagbo est était au pouvoir et ses escadron de la mort assassinaient les gens nuitamment où il était et aujourd’hui tu viens dire que ADO est un dictateur ,ici en côte d’ivoire aujourd’hui tu peux fais et dire tout ce que tu veux aucune mouche ne vient te déranger . Maudit qu’il soit on s’en fou toi ici va à la Haye pour être président .