Features

Essimi Menye le « mouton noir »

Essimi-Menye

On dirait qu’il est  désormais à sa place. Depuis sa mutation du ministère des finances au ministère de l’agriculture et du développement rural, l’homme est confondu au monde rural pour lequel il se déploie tous les jours. Les Camerounais de la campagne sont habitués à cette silhouette longiligne qui arpente les sentiers pour semer les graines de « L’agriculture de la 2eme génération » de tous ses vœux. Essimi Menye est comme un poisson dans l’eau avec les villageois, et il le confesse « Je suis d’origine paysanne ». Quoi de plus normal ! Il a tronqué la veste pour revêtir le costume rural.

Le ministre que les paysans aiment.

« On le voit tous les jours à la télé tantôt pour le mais tantôt pour le manioc, tantôt pour le cacao. Il vient dans les champs avec nous. C’est un ministre qui comprend nos problèmes des paysans parce que lui-même vient du monde paysan. Depuis son arrivée à ce département ministériel, nous les agriculteurs nous sentons honorés parce qu’il revalorise le travail de la terre. Il est l’homme qu’il nous fallait » Un témoignage de paysan qui se passe de tout commentaire. Apres le sud, l’équipe d’Essimi Menye s’est déployée dans le grand Nord à la rencontre des agriculteurs de toutes les régions septentrionales en proie aux attaques de la secte islamiste Boko haram : tout un symbole.

Pour une agriculture de 2eme génération

C’est La localité de Ngong département de la Bénoué, région du nord  qui a accueilli la semaine dernière la délégation du ministre de l’agriculture et du développement rural. C’était dans le cadre du lancement de la campagne agricole 2015. Au cours d’une foire organisée pour la circonstance, les producteurs des trois régions septentrionales ont donnés à voir leur capacités agricoles sous l’œil des autorités administratives et traditionnelles. Essimi Menye qui présidait la cérémonie a placé cette année agricole sous le signe du « Renforcement de la production  des semences » matériaux indispensables pour un véritable décollage agricole. Bien plus, le ministre a annoncé l’ouverture prochaine de la banque agricole. Un programme qui, à coup sur ouvrira les portes à l’agriculture de 2eme génération, le cheval de bataille au Minader.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le mouton noir de gouvernement.

Seulement, ce vaste déploiement, autant l’a rendu populaire et incontournable dans le monde paysan, autant il suscite les réactions les plus désobligeantes vis-à-vis d’un ministre qui a pour mode opératoire prêché par l’exemple. Tout récemment, il a été l’objet des tirs nourris de la presse l’accusant tantôt de rebelle du gouvernement en raison des vraies ou fausses nominations au Minader annulées par le premiers ministre, tantôt de négocier auprès des proches parents pour «  intercéder auprès du président de la République afin qu’il soit épargné non seulement des foudres du Tribunal criminel spécial (Tcs), mais aussi et surtout, des foudres d’un probable chamboulement gouvernemental »

Et même des critiques acerbes au sujet de la signature d’ une convention  avec l’université de Florence, relativement au Programme d’Investissement et de Développement des Marchés Agricoles (Pidma), pour accompagner le département ministériel. Finalement, Essimi Menye fait il peur ? Comme il aime à le dire « Je suis venu travailler dans mon pays. Je ne fais que le travail que me confie le chef de l’Etat » En tout cas, Dieu reconnaîtra les siens.

Ben OWAY

Populaires cette semaine

To Top