Features

Escroquerie : grosse arnaque au nom de Boko Haram

Boko-Haram-Amadou Ali-Kolofata- Shekau

Une prétendue liste des «financier» de la secte islamiste Boko Haram circule dans les milieux de la presse.

Le phénomène Boko Haram donne décidément du grain à moudre à plusieurs aigrefins notoires lancés dans la recherche de l’argent facile, avec une certaine dose de sensationnel, parfois dénuée de faits palpables. C’est le cas de quelques hommes se présentant comme des agents de renseignement. Ils mettent à contribution certains journalistes véreux pour arnaquer de hautes personnalités. La stratégie (de chantage) consiste à proposer à ces hommes de Paul Biya de retirer leurs noms de la liste des «financiers» de Boko Haram, contre espèces sonnantes et trébuchantes. C’est donc ainsi qu’à l’aide de la gâchette médiatique, une liste de hauts responsables a pu être dressée.

Et les clients privilégiés sont entre autres, le vice-Premier ministre en charge des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali, le ministre de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o, le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, le ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Économie sociale et de l’Artisanat, Laurent Serge Etoundi Ngoa, le patron du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, la ministre de l’Education de base, Youssouf Adjidja Alim, le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, la ministre des Arts et de la culture, Ama Tutu Muna,  ou encore le directeur général de la Société nationale de raffinage du Cameroun (Sonara), Ibrahim Talba Malla. Le casting à lui seul constitue déjà une matière à débat.

Seulement, à bien y regarder, l’on découvre la manipulation, l’instrumentalisation, le mensonge pour noircir, à défaut d’extorquer des millions à des hautes personnalités. «C’est sans doute l’œuvre des principaux donneurs d’ordre d’une certaine presse à scandales. Après recoupements d’usage effectués auprès des sources concordantes, l’information relayée par ces tireurs à gage s’avère être un canular.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Malgré ses tonitruants effets de manche, cette liste pue l’arnaque. Est-ce la trajectoire administrative et politique de certains, qui amène quelques griots acquis aux lobbies maffieux à cibler les inconditionnels du chef de l’Etat ? Hier ce sont les mêmes qui ont manipulé ou voulaient manipuler l’opinion, en brocardant au vitriol les listes des supposés milliardaires ou des Marafistes,  dans le but d’extorquer de l’argent à certains hommes du sérail», confie un bon nombre d’observateurs du landerneau médiatique.

Pour une autre frange, cette liste assez sadique et plutôt cynique prêterait à rire, n’eût été la gravité de son contenu. «Le but escompté de cette liste mal intentionnée, on le voit, est prioritairement d’arnaquer, plutôt qu’à dire au peuple qui sont les vrais financiers de la secte islamiste. Elle semble, pour l’instant, constituer un sournois alibi pour escroquer ministres et Dg à travers un broyage et une trituration médiatique», relève un journaliste.

On comprend qu’à la faveur de l’actualité liée à l’insécurité transfrontalière, certains veulent profiter de la psychose actuelle pour se faire une santé financière, voire politique. C’est en tout cas, ce qui semble transparaître de cette liste des «financiers» de la nébuleuse islamiste Boko Haram. Ne dit-on pas que les arnaqueurs, comme les politiques, ne s’encombrent pas toujours de rancœur, haine et inimitié inutiles. Et que, seuls, les résultats comptent ? Comme on peut le constater, Boko Haram ne fait pas que des malheurs, c’est également une source d’enrichissement pour certains incrédules.

© Source : La Météo

Populaires cette semaine

To Top