Features

Epc consistoire Ntem : Le temple d’Ebolowa scellé

La décision a été prise hier par le préfet pour trouble à l’ordre public. Le révérend docteur Baudelaire Zo’omevele, de la faction dissidente du called meeting est accusé d’avoir fait irruption dans le temple Epc d’Ebolowa-ville où il a été affecté par sa faction dissidente, mais rejeté par les paroissiens. « Il est arrivé vers 7h20. Il est entré dans le temple pendant que les diacres dressaient la table sainte. Il a porté tout le service et l’a versé dans un seau en déclarant qu’il n’y’aura pas de consécration ici. Nous sommes des gangsters, il n’y aura pas de consécration et il est sorti », témoigne Emmanuel Yaka, diacre à la paroisse Epc d’Ebolowa-ville.

Le scandale fait couler beaucoup de salive depuis hier, dimanche 28 août 2016. « Vous pouvez aller constater. Il y a eu des gaffes dedans. Nous avons trouvé des diaconesses de la paroisse en train de préparer les éléments de la sainte cène. On a demandé à ces diacres d’arrêter parce qu’on a dit qu’il n’y’a pas consécration pastorale aujourd’hui. Ce sont les dissidents qui devaient consacrer leurs pasteurs. Et cette paroisse appartient désormais au consistoire Ntem et eux, ils ne sont plus du consistoire Ntem. On leur a donc demandé d’arrêter », répond le révérend docteur Baudelaire Zo’omevele. Impossible d’entrer dans le temple pour un quelconque constat, puisque juste après l’incident, la police et la gendarmerie ont investi les lieux et empêché toute entrée. A l’extérieur, le long des trottoirs jouxtant l’église, on remarque des querelles vives. Entre paroissiens et pasteurs, mais aussi et surtout, entre les paroissiens et les autorités.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le gouverneur dépassé

« Vous êtes des pauvres types. Vous ne cherchez que notre argent », lance le candidat ancien d’église Emile Mbalkam au pasteur Fléton Zilly Ngo’o. Et lui de rétorquer, « je mange ton argent ? Toi, tu es riche ? ». « On ne veut plus de vous les pasteurs, vous n’êtes là que pour notre argent », tempête dame Nkomo, diaconesse à Angalé à la vue des pasteurs Henri Avini, Lucien Azombo, Se’e Eboutou et Bika Eda, tous de la faction dissidente du called meeting.

C’est dans ce climat de tension qu’arrive Marcel Victor Mendel Ngangué, le préfet du département de la Mvila, pour sceller le temple. « Pourquoi ? C’est nous qui avons donné le terrain et notre argent pour construire l’église et non les pasteurs ! », fulmine sa majesté Evelyne Kabeyene, paroissienne. « On vous a payé combien ? », lance la foule au préfet, soupçonné d’avoir perçu une enveloppe de la faction dissidente du called meeting pour fermer les temples de la ville. A cette accusation, le commissaire central de la ville d’Ebolowa a laissé entendre que le préfet est au courant.

« Pourquoi  seulement chez nous ? Pourquoi ne le faites-vous pas chez les catholiques ? Les autorités, les policiers et gendarmes sont catholiques c’est pourquoi ils nous ferment », accuse Marie Solange Mvele, ancienne d’église à Ebolowa-ville. La crise qui mine le consistoire Ntem de l’église presbytérienne camerounaise exaspère les autorités. Vendredi, 26 août 2016, Félix Nguélé Nguélé, le gouverneur de la région du Sud, a tenu une réunion de réconciliation des deux factions dissidentes du consistoire Ntem dans son cabinet, après l’échec de la rencontre organisée par le député Jean-Jacques Zam, le sénateur Raymond Mbita et le délégué du gouvernement Guy Roger Zo’o Olouman. Séance tenante, les deux factions dissidentes ont engagé une vive querelle devant le gouverneur qui, dépassé par les événements, les a tout simplement mis à la porte.

© Source : Le Jour : Jérôme Essian

 

Populaires cette semaine

To Top