Mboa'Actu

Les employés de Camair-Co revendiquent deux mois de salaires non payés

camair-co-Cameroun

Selon des informations recueillies par Le Quotidien de l’Économie en kiosque mercredi 11 mai 2016, la direction générale de l’entreprise attend le virement du Ministère des Finances. Depuis deux mois, 550 employés de la Camair-Co n’ont pas perçu leurs salaires comptant respectivement pour les mois de mars et avril 2016. Une situation inconfortable pour tous les employés de l’entreprise nationale de transport aérien. Même à la direction générale basée à Douala, ils sont nombreux à être au bord de l’épuisement. Une difficile épreuve. Certains travailleurs de cette structure ont même déjà porté l’affaire sur la place publique. Rien n’y fait.

La Camair-Co, qui  traverse en ce moment une importante crise financière, n’entend pas endosser l’entière responsabilité quant à cette situation. Approché par notre confrère pour en savoir plus, un cadre s’exprime sous cape: «les deux mois d’arriérés de salaire que Camair-Co peine à verser à ses employés se justifient par le fait que l’entreprise est endettée, sans oublier que le Ministère des Finances (MINFI) avait promis de subventionner mensuellement la compagnie aérienne nationale, mais n’arrive pas à respecter cet engagement».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En effet, il se trouve qu’il y a quelques années, le MINFI s’était engagé à apporter à la compagnie une subvention d’un montant de 1,5 milliard FCFA. Malheureusement, cette subvention arrive en compte-goutte, pour des raisons non encore élucidées. Opérationnelle depuis 2011, c’est la première fois que l’entreprise accuse deux mois de retard dans le paiement des salaires, souligne le journal. Toutefois, certains responsables de la direction générale de cette entreprise rassurent que les mesures nécessaires ont été prises pour que les salaires des mois de mars et avril dernier soient reversés aux employés.

Par ailleurs, de nombreux autres problèmes plombent l’ambiance au sein de Camair-Co. Entre autres celui lié au règlement des frais de prestations de certains partenaires.

Lore E. Souhe

Populaires cette semaine

To Top