Economie

Electricité: La vente des actions d’Actis inquiète les consommateurs

énergie-hydroélectrique-milliards-consommateurs

Le groupe actionnaire majoritaire au sein d’Eneo Cameroon S.A. vient de vendre ses actions au sein de deux sociétés de production de l’énergie électrique. Du coup, les consommateurs s’interrogent sur la probabilité que le Fonds britannique se retire, au moment où la fourniture en électricité connaît de nouvelles perturbations…

Le fonds d’investissement britannique Actis, détenteur de 56% des actions au sein de la compagnie nationale de production et de distribution d’électricité Eneo Cameroon S.A. vient de se défaire de ses actifs dans la Kribi Power Development Company (KPDC) et la Dibamba Power Development Company (DPDC), au profit du consortium contrôlé par le fonds norvégien Nordfund et l’institution de financement britannique Commonwealth Development Corporation (CDC Group) pour 227 millions de dollars, soit environ 125 milliards de F.

Depuis l’annonce de cette transaction, le commun des consommateurs s’inquiète quant à la probabilité pour Actis de retirer ses actions d’Eneo Cameroon, partenaire stratégique de l’Etat dans le secteur de l’électricité. Dans son édition du vendredi 18 septembre 2015, le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune indique que la période qui sépare le rachat et la revente par Actis de ses actions au sein de KPDC et DPDC (23 mai 2014 – 14 septembre 2015) est assez courte. Soit 15 mois exactement, surtout lorsqu’on sait que les négociations autour de cette transaction ont été entamées en février dernier. D’où l’interrogation préoccupante des consommateurs camerounais.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pourtant, l’ingénieur financier Babissakana indique dans les colonnes du journal que «l’option de la sortie à très court terme d’Actis du capital d’Eneo ne nous semble objectivement pas envisageable. Pour qu’Actis puisse obtenir une plus-value substantielle sur ses investissements dans Eneo, il est indispensable que ses équipes de managers professionnels puissent impulser la création de la valeur au sein de l’entreprise pendant un certain temps avant d’envisager une sortie honorable et profitable pour ses investisseurs».

Voilà donc qui devrait rassurer plus d’un, surtout que l’interviewé explique que «lors de l’opération d’achat des titres de AES-Corp, nous avions déjà précisé aux parties prenantes camerounaises que Actis est un investisseur financier, différent d’un investisseur industriel qui a pour vocation de développer un projet industriel sur une longue période. L’investisseur a généralement une période cible de gestion de 7 à 10 ans maximum».

Pour en avoir le cœur net, Cameroon Tribune indique qu’une déclaration de l’Etat du Cameroun (actionnaire au sein de KPDC et DPDC) par rapport au changement de contrôle au sein de ces deux entreprises permettra d’éclairer l’opinion sur le profil et les compétences du nouveau gestionnaire, les conditions dans lesquelles l’opération de transfert des actions s’est déroulée entre autres. Le journal précise que selon les termes de la convention d’actionnaires, il est prévu qu’en cas de changement de contrôle de l’un des actionnaires, que celui-ci avise l’Etat du Cameroun qui a la faculté, s’il considère que le changement de contrôle aura des conséquences négatives sur la société, d’acquérir ou de faire acquérir par un tiers ces actions.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top