Features

Elections à la Fécafoot : qui Tombi à Roko va-t-il sacrifier ?

Tombi-A-Roko-Sidiki-Fecafoot-Fifa

Le candidat le plus proche du succès devrait supprimer au moins 5 noms de sa liste, pour faire la place à Alioum Alhadji, David Mayébi, Essomba Eyenga et compagnie.

C’est à la Primature, que l’avenir du football camerounais se joue. Après la réunion qui a initié le consensus pour l’adoption des textes de la Fécafoot, les services de Philémon Yang ont servi le 14 août dernier de cadre, au choix de la prochaine équipe dirigeante de l’instance faîtière du football camerounais. Autour de la table des discussions, Louis Paul Motaze, son secrétaire général ; Adoum Garoua, ministre des Sports ; Joseph Owona, président du Comité de normalisation de la Fécafoot ; Alioum Alhadji, Abdouraman Hamadou, John Begheni Ndeh, Essomba Eyenga, Tombi à Roko et Franck Happi entre autres. Principal point à l’ordre du jour : l’élaboration de la liste devant contenir les noms des membres du prochain Exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

11 places pour Tombi, 7 pour Alioum

Selon les termes des tractations entre les différentes parties, c’est Tombi à Roko qui devrait être le président, avec Alioum Alhadji comme premier vice-président. Après en effet deux années de blocage, Alioum Alhadji, John Begheni Ndeh, David Mayébi, Essomba Eyenga, Luc Assamba et Francis Mveng ont choisi ce qu’ils ont appelé le «consensus». Des petits arrangements en réalité qui devraient leur permettre de revenir aux affaires, sans l’obligation de passer par les élections. En plus du président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), ces derniers devraient constituer une liste de 7 noms (excepté Abdouraman Hamadou qui est resté fidèle à ses principes) qui seront additionnés aux 11 que devrait présenter Tombi à Roko pour compléter ce qui pourrait être le prochain Exécutif de la Fécafoot. Et c’est là tout le dilemme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon nos informations, le secrétaire général de la Fécafoot et ses lieutenants avaient déjà constitué une liste de 15 noms avec comme premier vice-président, Boubakari Bello (Extrême-Nord) ; Mbella Moki (Sud-Ouest) comme second ; Franck Happi et Pierre Batamack (Littoral) au poste de troisième vice-président ; Samuel Wembe (quatrième vice-président) et Etienne Tamo à l’Ouest ; Alim Konaté et Arouna Niako (Nord) ; Kaba Christopher (Nord-Ouest) ; Issoufou (Est) ; Nkoa Luc et Charles Nguini (Centre) ; Jean Jacques Zam (Sud) ; et un membre de l’Association de football féminin.

Courtès Ketcha contre Céline Eko

Tombi à Roko envisagerait par ailleurs d’y ajouter le nom d’une dame tel que les conditions d’éligibilité l’exigent. Pour le moment, elles sont deux, ces femmes parmi lesquelles le candidat de l’équipe sortante devrait choisir : Céline Eko et Célestine Courtès Ketcha. La première semble moins cotée que la seconde, dans le capital «estime» du bloc laissé par Iya Mohammed, l’ex-président de la Fécafoot. «Pour rien au monde nous ne pouvons rouvrir nos portes à Céline Eko. Cette femme nous a montré qu’elle ne se bat que pour ses propres intérêts, et qu’elle est prête à changer de camp en fonction de ses seules aspirations», explique une source proche d’Iya Mohammed. Le maire de Bangangté aurait tout le soutien du secrétaire général candidat.

Du coup, ce dernier devrait retrancher 5 noms de sa liste. Lesquels ? Difficile de deviner. Le secrétaire général de la Fécafoot se trouve en tout cas dans une situation plutôt délicate. D’autant plus que dans son propre camp, des voix s’élèvent pour contester l’arrivée au pouvoir de ses ennemis d’hier. Le Nord, l’Extrême-Nord, le Sud-Ouest et l’Ouest notamment sont prêts à faire front contre lui, s’il persiste dans cette logique. Dur d’être à la place de Tombi à Roko ces jours-ci.

Populaires cette semaine

To Top