Features

Elections à la Fecafoot: Tombi A Roko tisse sa toile

Tombi-A-Roko-Sidiki-Fecafoot-Fifa

Le processus électoral à la Fecafoot commence dès le mois d’Octobre. Il va culminer avec une élection à la tête de l’instance fédérale entre le 10 et le 29 Novembre 2014. Certains candidats sont déjà sortis du bois pour annoncer leur intention de briguer le prestigieux poste.Eboa Elame, journaliste à la retraite et président de club s’est déclaré partant. Mais sa candidature est plus objet d’hilarité qu’autre chose. 

Joseph Feutcheu, président de trois clubs de football et non moins responsable de la Ligue régionale de l’ouest s’est aussi manifesté. Il pourrait s’avérer un challenger sérieux capable de jouer un rôle majeur à défaut de pouvoir s’emparer du saint graal. 

Antoine Essomba Eyenga, ancien sherpa d’lya Mohamed en matière juridique et ancien président de Tonnerre de Yaoundé est également sur les startings blocks sans que l’on ne sache s’il vient jouer les troubles fêtes ou faire la course en tête. A l’évidence, on attend encore que les gros calibres se prononcent et ceux-ci prennent leur temps, peaufinent leurs stratégies et s’emménagent des alliances qui pourraient s’avérer décisives. 

Tombi A Roko Sidiki, l’actuel secrétaire général de la Fécafoot est sans conteste l’un des poids lourds annoncés dans l’arène pour ce combat de titans. Cet homme qui a résisté à la bourrasque de la Fifa et du gouvernement camerounais tient fermement les rênes de l’administration de l’instance faîtière du football national. Interrogé sur ses intentions, l’ancien collaborateur de lya Mohammed laisse à peine planer le mystère: «Ce n’est pas le moment d’en parler, le moment venu si je me porte candidat vous serez informé» nous a-t-il confié mardi dernier. A la vérité, c’est par pure stratégie que le SG n’a pas encore fait son coming out. Sa grande complicité avec l’actuel président du Comité de normalisationJoseph Owona, donne encore plus de surface à Tombi, qui peut manœuvrer dans l’ombre et s’assurer du soutien des délégués en vue de cette élection. 

Dans une récente sortie, le Comité de normalisation a indiqué que les nouveaux statuts de la Fédération camerounaise de football seront adoptés par l’assemblée générale de 2013, dont tout le monde sait qu’elle est largement favorable à lya Mohamed l’ancien président de la Fecafoot réélu en Juin 2013, mais toujours en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé. Des rumeurs persistantes ont un moment fait état d’un coup de froid entre le SG et l’ancien président. Des rumeurs vite dissipées par Tombi et d’autres cadres encore en service à Tsinga qui se réclament ouvertement de l’ancien président incarcéré. Autant dire que la récente disposition du Comité, du reste validée par la Fifa met de l’eau dans le vin de Tombi A Roko, qui s’emploie maintenant à s’assurer le soutien des autres composantes du football camerounais. 

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Un deal avec Samuel Eto’o? 

Dans ce sens, un rapprochement aurait même eu lieu entre l’homme fort de Tsinga et son ennemi juré, le capitaine des Lions Indomptables Samuel Eto’o, qui souhaite positionner un de ses hommes à la tête de la Fédé. Selon nos sources, la rencontre aurait eu lieu au Brésil en marge de la dernière Coupe du Monde. Samuel Eto’o, qui aurait reconnu le caractère incontournable du puissant SG exigerait au moins deux postes stratégiques dans le prochain exécutif de la Fécafoot. Demande à laquelle aurait accédé Tombi, qui serait prêt à céder deux postes de vice-présidents au groupe d’anciens footballeurs construit autour de Samuel Eto’o, à condition que ces postes ne reviennent ni à Roger Milla ni à Joseph Antoine Bell. Toutefois, Samuel Eto’o a continué son action de lobbying intense autour des anciens footballeurs et il n’est pas exclu qu’il fasse cavalier seul en lançant son candidat dans l’arène. Au demeurant, le véritable obstacle qui pourrait se dresser devant Tombi n’est autre que le gouvernement de la République. Si l’état a le souci d’impulser une nouvelle dynamique à la Fécafoot, il doit s’impliquer avec tact et discernement pour favoriser l’arrivée d’hommes neufs à la tête de la Fédération. Cela signifierait contraindre Tombi A Roko, déjà fortement compromis dans des scandales à répétition à la Fécafoot, à renoncer à son projet de candidature et à passer définitivement la main pour favoriser l’avènement d’une nouvelle ère du football camerounais.

© Hiondi Nkam IV | Le Jour

Populaires cette semaine

To Top