Features

Ebola : Une rumeur menace de vider l’hôpital Laquintinie de Douala

Chinois-L'hopital_Laquintinie_de_Douala

Nonobstant le démenti de la direction de l’hôpital, la psychose Ebola s’est emparée de la population

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Depuis hier, samedi 09 août 2014, une alerte par SMS fait le tour des téléphones portables et même de bouche à oreille dans la ville de Douala et au-delà. «Attention et urgent ! Le virus Ebola a été découvert ce matin à l’hôpital Laquintinie de Douala. On demande d’éviter les fiévreux en ce moment. Envoi ce SMS autant que tu peux à tous ceux de ton répertoire. Alerte rouge». Un message qui a plongé la population de la capitale économique dans la panique. Les curieux ont débarqué dans les locaux de l’hôpital Laquintinie pour voir de leurs propres yeux cette première victime de la fièvre Ebola que la rumeur annonce à travers les sms. Les autorités policières et militaires et les renseignements généraux ont dépêché sur les lieux des éléments pour vérifier si ce que raconte la rumeur est vrai. 

A tout ce beau monde, Jean II Dissongo, le Directeur de l’hôpital Laquintinie, a répondu sans ambages par un démenti. «Hier samedi, le Directeur est resté dans son bureau jusqu’au tour de 21h pour répondre à tous ceux qui le sollicitait dans le cadre de cette rumeur. Il a pris tout son temps pour démontrer qu’il n’y avait aucun cas d’Ebola ici. Il en a profité pour revenir sur les dispositions prises par sa hiérarchie pour faire face aux éventuels cas d’Ebola » affirme l’un des collaborateurs du Docteur Jean II Dissongo. 

Au cours de l’enquête menée par Cameroon-Info.Net, le personnel de l’hôpital a déclaré que la rumeur est partie d’un malade de nationalité Chinoise admis vendredi dernier dans ce centre hospitalier. «Le patient chinois était hospitalisé au pavillon «Petit payant». Vendredi soir, il a commencé à faire la diarrhée et des vomissements. Un autre patient a fait croire aux autres que ce sont là les symptômes du virus Ebola. Pris de panique, les gens qui se trouvaient dans ce pavillon se sont mis à fuir», témoigne un brancardier en service à l’hôpital Laquintinie. En réaction, la direction de l’hôpital a soumis le malade chinois à des examens médicaux. Les résultats n’ont pas confirmé qu’il est porteur de la fièvre Ebola. Cependant, il a été sorti du «petit payant» pour le pavillon «Réanimation». 

Eu égard à la psychose qui s’est emparée de la population à la suite de la rumeur véhiculée par sms, le Gouverneur de la région du Littoral et les autorités sanitaires de la ville de Douala ont pris rendez-vous avec la presse le mardi 11 août prochain pour un point de presse. Sans trainer, le ministre de la santé, André Mama Fouda, a fait hier une communication pour marteler qu’il n’existe pas encore au Cameroun un cas de virus Ebola. «Au moment où je vous parle, aucun cas suspect n’est déclaré au Cameroun. Mais, sans attendre, le gouvernement a pris des dispositions pour renforcer la surveillance aux frontières, dans les aéroports, les ports. Par ailleurs, des unités de prise en charge et d’isolement des cas ont été installées dans nos hôpitaux. Dans notre organisation préventive, nous avons bénéficié de l’expérience de nos frères de la République démocratique du Congo qui ont longtemps subi cette épidémie», a déclaré André Mama Fouda. 

Adeline Atangana, Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top