Features

Ebola : Les passagers d’Asky encore bloqués à Douala

Cameroun-aéroport-douala-camer24-ADC

Dans un hôtel trois étoiles situé au lieu dit vallée Bensengué à Douala, la Compagnie aérienne Asky y a logé les passagers à qui elle a vendu les billets pour un voyage à destination de Ndjamena au Tchad. «Ça fait trois jours que j’attends. Dimanche on m’a réveillé à 4h pour me rendre à l’aéroport. Après m’avoir trimballé huit heures dans les coins et recoins de l’aéroport, on vient nous dire de repartir attendre à l’hôtel. C’est fatiguant et je ne vous dis pas ce que j’ai déjà perdu». Flaubert Ottou qui tient ces propos est dans tous ses états. Il fait partie des passagers que l’avion de la Compagnie Asky n’a pas pu embarquer dimanche matin à l’aéroport international de Douala à cause des autorités camerounaises qui ont interdit tout vol en provenance des pays touchés par le virus Ebola.

Dans un excès de zèle, la police de l’aéroport de Douala a décidé d’élargir cette décision à tout vol venant de l’Afrique de l’Ouest. Ainsi, l’avion d’Asky qui venait de Lomé au Togo hier dimanche a été dans un premier temps sommé de retourner avec tous les passagers à bord. Après six heures de discussions dans un climat très tendu, un terrain d’entente a été finalement trouvé entre la police de l’aéroport, la direction de la compagnie Asky et le gouverneur de la région du Littoral, président du Comité régional de lutte contre les épidémies et pandémies. Ce dernier a ordonné de faire retourner l’avion à Lomé, sans les passagers qui avaient pour destination Douala. Par ailleurs, ces passagers, avant de poser les pieds sur le territoire camerounais, ont été soumis chacun à un test de dépistage du virus Ebola. Le Vol est donc retourné dans la capitale togolaise abandonnant dans la capitale économique camerounaise, les passagers qu’il devait embarquer à destination du Tchad.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette attitude des autorités camerounaise est désapprouvée en d’autres termes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un communiqué publié sur son site Internet, l’OMS fait savoir qu’il n’est pas recommandé d’interdire les voyages à destination et en provenance des pays touchés par le virus Ebola parce que «le virus ne se transmet que par contact direct avec les liquides biologiques d’une personne malade. Généralement, l’état d’un malade d’Ebola est tel qu’il ne peut pas voyager» explique l’OMS.

Le Gouvernement camerounais qui ne l’entend pas de cette oreille, vient d’annoncer la fermeture dans les prochaines heures de ses frontières avec le Nigeria, du côté de la région du Sud-Ouest. «Cette mesure qui va bientôt entrer en vigueur, interdit les déplacements par voie terrestre et maritime entre les deux pays» indique le gouverneur de la région du Sud-Ouest. De cette partie du Cameroun, on peut aller ou venir du Nigeria à partir des localités de Tiko, Limbé ou Mamfé.

Adeline Atangana

Populaires cette semaine

To Top