Features

Ebola: Le Cameroun ferme ses frontières aux pays touchés

Ebola-Choléra-Polio-Le-Ministre-de-la-Santé-BIYA

Tous les déplacements par voie aérienne, fluviale ou terrestre en direction des zones à risque d’Ebola sont suspendus temporairement. Le gouvernement camerounais a décidé, depuis la fin de la semaine dernière, de la fermeture de ses frontières aux pays touchés par l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola. Il s’agit exclusivement des pays d’Afrique de l’Ouest qui ont déjà enregistré plus de 1200 décès suite à cette infection qui a été déclarée épidémie d’urgence mondiale par l’Organisation mondiale de la santé.

La décision prise le 14 août 2014 par le ministre des Transports et le ministre de la Santé publique suspend temporairement tous les vols en direction des pays touchés: Sierra Leone, Guinée, Libéria, Nigéria. Recommandation a été faite aux compagnies aériennes desservant l’Afrique de l’Ouest, aux responsables des aéroports internationaux du Cameroun, à ceux des principaux ports du pays, et aux acteurs des transports terrestres, de limiter les déplacements venant des zones à risque. Il a été également préconisé un contrôle des passagers, personnel naviguant et non naviguant à bord des vols pour éviter une éventuelle propagation du virus Ebola au Cameroun, dont les autorités sanitaires affirment n’avoir encore recensé aucun cas suspect. Le Cameroun ne veut pas se retrouver dans la situation du Nigéria qui a déjà enregistré plus de 12 tests positifs au virus Ebola dont quatre personnes mortes de suite de cette fièvre hémorragique. On se rappelle que le premier patient décédé au Nigéria, le 25 juillet, était venu du Libéria par un vol de la compagnie Asky Airlines.

Le gouvernement camerounais a décidé, depuis la fin de la semaine dernière, de la fermeture de ses frontières aux pays touchés par l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola. Il s’agit exclusivement des pays d’Afrique de l’Ouest qui ont déjà enregistré plus de 1200 décès suite à cette infection qui a été déclarée épidémie d’urgence mondiale par l’Organisation mondiale de la santé. La décision prise le 14 août 2014 par le ministre des Transports et le ministre de la Santé publique suspend temporairement tous les vols en direction des pays touchés: Sierra Leone, Guinée, Libéria, Nigéria. Recommandation a été faite aux compagnies aériennes desservant l’Afrique de l’Ouest, aux responsables des aéroports internationaux du Cameroun, à ceux des principaux ports du pays, et aux acteurs des transports terrestres, de limiter les déplacements venant des zones à risque.

Il a été également préconisé un contrôle des passagers, personnel naviguant et non naviguant à bord des vols pour éviter une éventuelle propagation du virus Ebola au Cameroun, dont les autorités sanitaires affirment n’avoir encore recensé aucun cas suspect. Le Cameroun ne veut pas se retrouver dans la situation du Nigéria qui a déjà enregistré plus de 12 tests positifs au virus Ebola dont quatre personnes mortes de suite de cette fièvre hémorragique. On se rappelle que le premier patient décédé au Nigéria, le 25 juillet, était venu du Libéria par un vol de la compagnie Asky Airlines.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La mesure prise par le gouvernement camerounais devrait porter un coup aux échanges et aux déplacements des biens et des personnes entre le Cameroun et le Nigéria, les deux pays partageant en effet une frontière terrestre de plus de 2000 kilomètres. Ce qui pourrait par ailleurs constituer un obstacle à sa mise en œuvre.Au registre des pays partageant des frontières avec le Nigéria, le Cameroun suit ainsi la voie du Tchad dont l’autorité de l’aviation civile avait décidé de suspendre, dès le 09 août 2014, les vols en direction du Nigéria.

Samedi, le Kenya a également annoncé l’interdiction d’entrer sur son territoire, à compter du 20 août 2014, aux voyageurs venant de Guinée, du Libéria et de Sierre Leone. Le Gabon quant à lui reste «vigilant», sans fermer ses frontières, a affirmé son chef d’Etat, Ali Bongo Ondimba dimanche. « Nous avons subi à trois reprises ce virus qui est particulièrement dangereux. Nous l’avons vaincu. Cela veut dire que nous avons une expérience par rapport à la propagation du virus d’Ebola », a-t-il expliqué, cité par l’Agence de presse Chine Nouvelle. Le Gabon a par le passé été frappé par Ebola à trois reprises, dans les années 70 et au début des années 2000.

Le Tchad et le Kenya aussi

La mesure prise par le gouvernement camerounais devrait porter un coup aux échanges et aux déplacements des biens et des personnes entre le Cameroun et le Nigéria, les deux pays partageant en effet une frontière terrestre de plus de 2000 kilomètres. Ce qui pourrait par ailleurs constituer un obstacle à sa mise en œuvre. Au registre des pays partageant des frontières avec le Nigéria, le Cameroun suit ainsi la voie du Tchad dont l’autorité de l’aviation civile avait décidé de suspendre, dès le 09 août 2014, les vols en direction du Nigéria.

Samedi, le Kenya a également annoncé l’interdiction d’entrer sur son territoire, à compter du 20 août 2014, aux voyageurs venant de Guinée, du Libéria et de Sierre Leone. Le Gabon quant à lui reste «vigilant», sans fermer ses frontières, a affirmé son chef d’Etat, Ali Bongo Ondimba dimanche. « Nous avons subi à trois reprises ce virus qui est particulièrement dangereux. Nous l’avons vaincu. Cela veut dire que nous avons une expérience par rapport à la propagation du virus d’Ebola », a-t-il expliqué, cité par l’Agence de presse Chine Nouvelle. Le Gabon a par le passé été frappé par Ebola à trois reprises, dans les années 70 et au début des années 2000.

Par Journalducameroun.com

Populaires cette semaine

To Top