Features

Ebola, Choléra, Polio: Le Ministre de la Santé fait le point

Ebola-Choléra-Polio-Le-Ministre-de-la-Santé-BIYA

Poliomyélite, choléra, rougeole, rage, fièvre jaune ! Toute ces épidémies sévissent en ce moment au Cameroun, à en croire André Mama Fouda, ministre de la Santé publique (Minsanté). Face à la presse, vendredi dernier, il a expliqué que le pays fait face, depuis le début de l’année 2014, à une situation sanitaire délicate. Et à une demande énorme en soins liée à la crise centrafricaine qui a entraîné un afflux important de réfugiés au Cameroun. Néanmoins, précision du Minsanté : « aucun cas suspect de la maladie à virus Ebola n’a été déclaré au Cameroun. Mais le pays est en alerte ! » Dans les détails, André Mama Fouda a abordé trois situations d’urgence sanitaire « les plus préoccupantes de l’heure ».

Ebola: le pays en alerte 

L’épidémie qui sévit en République de Guinée depuis mars 2014 s’est étendue au Libéria, à la Sierra Léone et maintenant au Nigeria voisin depuis le 25 juillet, où deux décès ont déjà été enregistrés. C’est dire, selon le ministre, que «les risques d’importations de cette épidémie au Cameroun sont réels ». De plus, l’OMS vient de classer cette épidémie comme une urgence de santé publique de portée mondiale. En préparation à une éventuelle émergence de cette maladie, plusieurs actions ont déjà été menées, dont un plan de riposte élaboré avec l’appui de l’OMS et autres. La surveillance est renforcée dans tous les postes de santé aux frontières, dans les aéroports et ports. Justement, la RDC a mis à disposition du Cameroun deux kits Ebola comprenant une centaine de tenues de protection pour le personnel médical. Des unités de prise en charge et d’isolement des cas sont déjà identifiées dans les hôpitaux, notamment l’Hôpital central de Yaoundé, l’Hôpital Laquintinie de Douala et les hôpitaux régionaux de Bamenda, Bertoua, Garoua, Maroua, Limbe et Ngaoundéré. Les capacités des responsables régionaux viennent d’être renforcées et il est prévu dans les prochains jours, des journées spécifiques d’imprégnation des médias, des forces de maintien de l’ordre et autres. 

Le Minsanté insiste sur le fait qu’il n’existe pas de traitement spécifique contre le virus Ebola. « Mais un traitement symptomatique initié de façon précoce permet de sauver 40 à 50% des personnes atteintes. » C’est pourquoi il invite « toute personne ayant séjourné dans un pays en épidémie de se rendre rapidement dans une formation sanitaire en cas d’apparition de fièvre, douleurs musculaires, diarrhée, vomissements et autres hémorragies. Pour les autres, le ministre Mama Fouda conseille d’éviter de manipuler ou de consommer un gibier trouvé mort, indiquant que cela est susceptible de favoriser « la flambée locale » d’une épidémie Ebola. Aussi, les mesures habituelles d’hygiène doivent-elles être plus que jamais renforcées. 

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Choléra: le Littoral touché 

Initialement cantonnée dans les régions septentrionales depuis avril 2014, particulièrement celle de l’Extrême-Nord où 1609 cas sont recensés avec 74 décès, le choléra s’étend désormais au Littoral, avec déjà deux cas déclarés. Il apparaît donc, selon le Minsanté, que « le choléra est endémique dans notre pays ». C’est dire que des cas peuvent survenir à tout moment. Bien que la tendance au cours des deux dernières semaines soit à la baisse, il est important de maintenir une surveillance serrée, mais surtout continuer à respecter les règles élémentaires d’hygiène. 

Polio: la riposte se poursuit 

Avec deux nouveaux cas de polio virus sauvage notifiés le 30 juillet dernier dans un camp de réfugiés centrafricains de Ketté dans la région de l’Est, portant à cinq le nombre total de cas enregistrés dans le pays. Pourtant, des campagnes de vaccination gratuite pour les enfants de 0 à cinq ans se poursuivent. Sept tours ont d’ailleurs été menés dans l’ensemble du pays, ciblant environ 5 millions d’enfants. Mais en riposte aux deux cas de Ketté, le 7e tour de la campagne de vaccination, organisé du 1er au 3 août dernier s’est étendu aux adultes des camps de réfugiés de l’Est et de l’Adamaoua. Et d’autres campagnes sont planifiées dans ces régions en fin août et mi-septembre prochains. 

Le point de presse du Minsanté a aussi été l’occasion pour lui d’annoncer la tenue de la première édition du Forum international de la santé que le Cameroun va abriter du 24 au 26 septembre 2014 à Yaoundé. L’évènement articulé autour d’un salon dédié à l’hôpital et d’une conférence médicale nationale, congrès scientifiques regroupant les professionnels de santé du Cameroun aura pour thème : « L’hôpital de demain ».

© Félicité BAHANE N. | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top