Features

Dschang: Un cadavre humain pêché dans le lac municipal

Le corps d’un homme d’environ 35 ans a été retrouvé flottant à la surface de l’eau du lac municipal de Dschang à l’aurore, ce mercredi 17 décembre 2014. L’information a été confirmée par un  responsable de la base nautique de Dschang joint au téléphone.

«J’ai été informé de la présence d’un corps qui ressemblait à un être humain ce matin (mercredi 17 décembre 2014, ndlr) autour de 9 heures. Avant de m’y rendre pour en savoir davantage, j’ai informé le commissariat central de Dschang», indique ce responsable de prime abord. «Lorsque je suis allé retourner ce corps, je me suis rendu compte que c’était effectivement celui d’un être humain», confirme-t-il. Et de préciser que toutes les manœuvres sur le corps en question, étaient faites en présence des autorités de cette ville universitaire. Notamment, le commissaire central, le procureur de la république, du médecin légiste…

Seulement, collé un nom au corps pêché a été impossible à l’immédiat. Car apprend-on, ce quidam de sexe masculin, dont l’âge est estimé à 35 ans, n’avait aucune pièce sur lui. Aussi, l’on ignore s’il s’agit là d’un cas d’assassinat ou bien d’un cas d’homicide. Seule l’enquête qui a été ouverte permettra d’en être fixé. Toutefois, les premiers éléments de cette enquête révèlent qu’aucun trait de violence n’a été observé sur le macchabée gardé en attendant la suite des investigations, à la morgue de l’hôpital de district de Dschang. De même, son état (pas en putréfaction) laissait croire qu’il n’avait pas longtemps séjourné dans l’eau, nous informe-t-on.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Malédiction ?

Cette autre tragédie qui se produit dans la capitale du département de la Menoua, vient se greffer à une longue liste. En début de cette semaine déjà, la ville de Dschang a été réveillée par  la bastonnade à mort d’un garçon de 8 ans par son oncle. Quelques semaines auparavant, plusieurs autres crimes choquants étaient relevés. Notamment, la fusillade mortelle dont a été victime jeune de 15 ans le samedi 1er novembre dernier. Cet adolescent et son frère, son bourreau, s’amusaient avec l’arme à feu de leur père. Dans le même sillage, le lundi 6 avril 2014, c’est le cadavre d’un homme d’environ 25 ans qui était également extrait des eaux du lac municipal de Dschang…

Même si les circonstances dans lesquelles ces différents crimes interviennent sont différentes, il y a lieu de s’inquiéter. Surtout à cause de leur fréquence dans cette localité. Uniquement en 2014, pas moins de vingt crimes odieux ont été recensés. L’année dernière, le bilan n’était pas moins lourd. «Les crimes sont perpétrés partout certes, mais à Dschang, il semble que les anges du crime ont trouvé refuge», ironise un habitant de la ville. Loin d’être superstitieux, celui pense qu’une exorcisation profonde ne ferait pas du mal à la cité climatique dans laquelle il se dit néanmoins heureux de vivre.

via la Nouvelle Expression

Populaires cette semaine

To Top