Features

Sam Mbende et Ndedi Eyango pour la fusion de la CMC et la SOCAM

sam_mbende_ndedi_eyango_13042015_002_ns_600

Les deux «ex» dirigeants de la Cameroon Music Corporation (CMC) et la Société Civile de l’art Musical (Socam) ont donné un point de presse commun ce lundi 13 avril 2015 à Douala. Assiste-t-on à une réconciliation entre la Cameroon Music Corporation (Cmc) et la Société Civile de l’art musical ( Socam )?

En tout cas, telle semble être l’intention de Sam Mbende et Ndedi Eyango, qui se réclament encore respectivement dirigeants  des deux sociétés camerounaises des Droits d’auteur.  Ils ont donné un point de presse conjoint ce lundi 13 avril 2015 à Douala pour signifier leur engagement à défendre les droits d’auteurs des artistes musiciens camerounais malgré le tumulte que traverse leur corporation.

« Le souci de la CMC et de la Socam est d’aboutir au choix de l’émergence d’un seul organisme de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins du droit d’auteur du domaine musical fort en conformité aux dispositions réglementaires et législatives en matière de droit d’auteur au Cameroun », ont expliqué Sam Mbende et Ndedi Eyango dans un communiqué conjoint servi aux hommes de média. Les deux artistes accusent  la Ministre des Arts et de la Culture, Ama Tutu Muna d’être à l’origine  de l’impasse que traverse les droits d’auteur au Cameroun et des rapports tendus entre artistes musiciens camerounais. « Les perceptions des redevances des droits d’auteur sont arrêtées, les usagers des droits d’auteur, d’habitude rétifs à s’acquitter de leurs redevances, trouvent dans le désordre actuel un motif supplémentaire de refus de payer ; les répartitions des droits d’auteur sont renvoyées aux calendes grecques ; les conditions de vie des artistes se dégradent, les divisions renaissent de plus belle et s’accentuent au sein de la classe musicale camerounaise », déplorent-ils.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Mobilisation

Sam Mbede et Ndedi Eyango – Douala, 13/04/2015
Photo: (c) Wiliam Tchango

On  reproche à Ama Tutu Muna d’avoir illégalement retiré l’agrément d’abord à la Cameroon Music Corporation que dirige  Sam Mbende via un communiqué signé le 12 mai 2008, puis à la Socam le 23 décembre 2013, juste après l’élection « contestée » de Ndedi Eyango à la présidence du Conseil d’administration de cette structure.  Les différents verdicts de la Chambre administrative de la Cour suprême annulant les décisions prises à l’encontre de la CMC et celui du Tribunal administratif du Centre gommant les décisions d’annulation de la dernière assemblée générale élective de la  Société Civile de l’Art musical (SOCAM) et de retrait de l’agrément à cette institution n’ont jamais été appliqués par la Minac.

« Au regard de la paralysie de la gestion collective du droit d’auteur du domaine musical depuis 2008, un constat simple se dégage aujourd’hui: L’interventionnisme du Ministère des Arts et de la Culture et ses décisions querellées n’ont occasionné à ce jour que des préjudices irréparables tant aux dirigeants, aux membres de la Cmc et de la Socam qu’à leurs personnels, en ce que leurs sont demeurés irrémédiablement compromis », indique le communiqué.

Sam Mbende et Ndedi Eyango appellent leurs confrères à plus de vigilance « face aux manipulations grossières » et à se mobiliser pour la défense de leurs intérêts collectifs ainsi que pour la promotion de leur bien-être présent ou futur.

Wiliam Tchango

Populaires cette semaine

To Top