Features

Douala: Le gangstérisme des antigangs

C’est du moins ce qu’on est tenté de dire  au regard des intimidations et autres menaces d’insécurité qui pèsent sur des citoyens dans la métropole économique.
Il y a quelques temps encore, c’est toute une famille à Bonassama qui a été contrainte de fuir le quartier, parce malmenée par un groupe d’individus se réclamant de la police et qui avait eu pour mission de suivre les activités de Molla Djemba. Filé jour et nuit, ce dernier a déménagé sans trace avec femme et enfants, abandonnant tout dans la maison.
Il y a quelques jours encore, nous sommes tombés sur un fait semblable. Certaines sources proches du gouverneur de la région du Littoral ont fait état du calvaire d’un capitaine côtier de la marine marchande en service au Port autonome de Douala. Information confirmée par la victime qui nous a remis la copie d’une correspondance adressée au président de la République avec ampliation à tous les services en charge de la sécurité au Cameroun ainsi qu’aux autorités judiciaires.
Dans sa requête, Denis Bella Evouna parle de menaces, insécurité et tentative de meurtre par arme à feu par les antigangs habillés en tenue de travail de Aes-Sonel. «Ils ont manifesté cette intention le 10 juillet 2013 à 11h30 à Ndogbati non loin de la pharmacie Ndogbat, face l’alimentation Ndogbati bar», peut-lire dans le document à nous remis. Les détails qui y sont contenus sont de nature à faire peur.
«les présumés antigangs ont mené leur filature jusqu’à la Bicec au point de dire à mon fondé de pouvoir que je suis un braqueur et faussaire …que j’ai beaucoup d’argent dont on ignore la provenance ils sont allés plus loin disant que je passe pour être en service à la présidence de la République…», raconte avec peine, Denis Bella Evouna, qui a peur pour sa vie et celle de toute sa famille. Comme dans un film d’action, la filature continue et de fort belle manière contre un simple citoyen dont nous avons vérifié la filiation auprès de son employeur. Et Dieu seul sait combien de personnes vivent la même situation dans le pays en ce moment.

Populaires cette semaine

To Top