Gossips

Douala : Il meurt en sauvant sa fille des inondations

douala-inondations-camer24

Jean Belmond Essobo Essobo, enseignant, tué dans la nuit de vendredi à samedi par la chute d’un mur a douala.

La petite Lorna, 13 ans, ne pourra jamais dire merci à son père. Jean Belmond Essobo Essobo est décédé en voulant la sauver d’une mort certaine. Il l’a arrachée à la furie des eaux qui étaient en train de l’emporter. Le drame est survenu dans la nuit de vendredi à samedi au quartier Tergal (Douala 3e).

Douala sous les eaux

Il est près de 3h du matin, et il pleut des cordes. Le tonnerre ne cesse de gronder. Soudain, un bruit sourd se fait entendre. Jean Belmond Essobo Essobo sort de sa chambre et bien qu’il y ait coupure d’électricité à ce moment, il constate que l’eau s’infiltre dans la maison. Dehors, la grande barrière qui clôture le dépôt Guinness, proche de son domicile, a cédé. Toutes les eaux pénètrent chez lui. Aussitôt, il appelle son épouse et les deux se dirigent vers la chambre des enfants. A l’intérieur, c’est la rivière. Jean Belmond demande aux quatre enfants de monter dans le lit à étage. Mais sa fille Lorna ne comprend pas et à cet instant, un pan du mur de la chambre s’effondre sous la pression de l’eau. La petite Lorna se retrouve piégée.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Elle se débat mais rien n’y fait. Elle est engloutie par les eaux. Son père tente de l’y arracher. Il réussira à sauver sa fille qui retrouve les autres membres de la famille. Mais pendant qu’il tente de faire sortir les enfants, le mur de la chambre s’écroule sur lui. L’une des filles dira avoir entendu le cri de son père, puis, plus rien. Les voisins accourus n’ont rien pu faire. La victime, âgée d’une cinquantaine d’années, est décédée.

Un drame que la famille, encore sous le choc, ne réalise pas. Cela faisait seulement deux mois qu’elle avait emménagé dans cette maison. Selon l’épouse du défunt, ils avaient déménagé parce que leur précédent appartenant de Pk8 était régulièrement inondé. Les autorités administratives et la gendarmerie sont descendues sur les lieux.

Josy MAUGER

Populaires cette semaine

To Top