Features

Douala: Des braqueurs se réfugient au commissariat pour éviter la vindicte populaire

menottes3-512x340

La bande de 6, qui sévissait à bord d’un taxi, fuyait des poursuivants après un coup vendredi.

Alvine Bessong, Jean-Pierre Woundi, Venant Azegue Nkoudou, Francis Ondoa, François Mpack ont été déférés au tribunal de Ndokoti hier, 28 octobre, au matin. Ils vont répondre des faits de braquage, arnaque et vol aggravé. De sources policières, vendredi dernier, ils ont agressé une dame et l’ont poussée hors du véhicule du côté de Ndogssimbi, après avoir arraché son sac à main. Les passagers d’un autre véhicule qui ont suivi la scène ont immédiatement pris le taxi en chasse. Non sans rameuter des conducteurs de motos-taxis au passage. Finalement, les malfrats ont eux-mêmes filé se réfugier dans l’enceinte du commissariat du 7e arrondissement à Bepanda, par peur d’une fin douloureuse (pour eux) de cette course-poursuite.

Ce gang, activement recherché par le commissariat du 11e arrondissement apprendra CT, était spécialisé dans l’agression à bord de taxi. Ils opéraient avec un véhicule immatriculé LT 125 DV. Vendredi dernier peu avant midi, ce véhicule entre en trombe dans l’enceinte du commissariat du 7e arrondissement. A bord, quatre hommes et une femme. A ses basques, un autre véhicule et une cohorte de conducteurs de moto. Le commissaire Jean-Marie Ngono, qui se trouve dans son bureau, entend du bruit et descend s’enquérir de la situation.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il découvre une foule qui veut en découdre avec les occupants du taxi. Un usager venu faire signer des documents reconnait la femme de la bande et le chauffeur. Il se souvient que ces deux là avaient échappé à un lynchage du côté de Ndogbat grâce à l’intervention de la brigade de gendarmerie du coin. Ce jour-là, dit-il, ce taximan saignait de partout… En tout cas, avec le reste de la bande, il a repris du « service » après avoir recouvré la liberté.

La police relève qu’ils ont fait de nombreuses victimes dans la ville, dont notamment une étudiante en journalisme, récemment stagiaire à la Sopecam. La propriétaire du taxi a reconnu son véhicule, ainsi que le chauffeur, dont elle ignorait la double activité. La dame assure que selon leur contrat, Venant Azegue devait garer le taxi tous les jours à 20 h.

Cameroun Tribune

Populaires cette semaine

To Top