Psycho

Dossier : Stop à la salotomanie !!!

Je ne sais pas si vous voyez comme moi, mais pourquoi est-ce aussi sale autour de nous ??? Que ce soit à Yaoundé, pire encore à Douala ou même dans d’autres villes de notre beau pays le Cameroun, on dirait qu’on prend un malin plaisir à nous débarrasser de tout ce que nous avons comme déchets ; en pleine rue. C’est comme si une fois sorti de la maison, on attrape une espèce de salotomanie !! Une pulsion incontrôlable qui nous pousse à mettre de la saleté partout, et ce sans la moindre gêne et peu importe l’endroit où nous sommes.

Vous verrez donc qu’en fait, nous sommes entourés de pleins de salotomanes. Le salotomane n’est pas exclusif du genre ; en d’autres termes, il peut être un homme ou une femme ou les deux ; puisqu’aujourd’hui c’est possible ! C’est par exemple cet homme que vous avez assez souvent vu manger son épis de maïs à l’arrêt taxi, qui le laisse tout simplement tomber là une fois que c’est fini !

Le salotomane n’appartient pas à une tranche d’âge précise ; que l’on soit un adulte, un enfant ou une personne du troisième âge ; on y passe tous. C’est par exemple cette maman qui mange ses prunes et son plantain grillé en entrant dans son quartier, et qui parsème les noyaux ; et ensuite son emballage tout tranquillement le long de son chemin !

La salotomane ne tient pas compte de l’endroit, que ce soit au volant d’une grosse cylindrée ; vous verrez la vitre fumée s’abaisser pour laisser passer une série de peaux de bananes ; ou encore dans les escaliers d’un immeuble ; vous le verrez écraser son mégot de cigarettes juste sous ses pieds et laisser tomber son paquet vide en continuant à monter les marches !!

Le salotomane  à un style bien trempé et ne tient pas compte de la quantité et même de la qualité ! C’est par exemple, cette jeune fille, fraîche comme un poisson qui sort de l’eau ;  qui brille come la lune comme trop souvent ces derniers temps : bien fringuée des pieds à la tête et propre comme un sou neuf avec une charmante odeur de amor amor ; qui d’une main frenchement manucurée grignote ses arachides à l’arrière de son taxi course ; et puis de manière très  glamour, balance à travers la vitre ; ses coques vides d’arachides chaque fois que sa main en est pleine !! Quelle image diront certains !!

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le salotomane ne fait pas attention à son image ; son métier et ce que les autres pensent ; comme on dit ici chez nous, il ne gère pas !! C’est par exemple cette vendeuse de poisson braisé qui choisit de s’installer dans  le coin le plus sombre de la ruelle ; l’obscurité aidant, on distingue à peine ce qu’elle vend ; l’eau qu’elle donne à ses incroyables clients est douteuse ; et en plus, elle est à quelques centimètres d’une rigole qui grouille de …beurk !! C’est aussi ce vendeur de fruits qui au marché qui patauge dans la boue, son étalage en équilibre très précaire juste au-dessus ; et un bac d’ordures débordant en arrière plan …Quelle vision de rêve !

Vous direz peut être que les mesures prises par la communauté urbaine ne sont pas efficaces pour vaincre ce fléau ou encore qu’il faut bien que les employés d’HYSACAM justifient leur salaire…C’est peut être vrai dans une certaine mesure ; mais tous ces petits actes traduisent peut-être l’état d’esprit général de notre société ; le laisser-aller, le désordre, le manque de limites et même la saleté mentale dans laquelle nous baignons. N’oublions pas qu’on parle de salotomanes, il serait peut être finalement question d’éducation, de mentalité et de personnalité. Ce n’est pas un passage obligé, les mentalités peuvent changer ; même si les mauvaises habitudes ont la peau dure, elles peuvent à force d’efforts s’améliorer.

Commençons par exemple par avoir dans le sac, un petit emballage qui va nous aider à conserver toutes nos ordures proprement en attendant de tomber sur un bac à ordures ; évitons par exemple de manger en route si nous savons que nous avons du mal à ne pas tout laisser tomber par terre ensuite ; pensons aussi à notre environnement ; celui dans lequel nous vivons et élevons nos enfants…Il n’a pas besoin que nous rajoutions autant de déchets, et puis faisons attention aux modèles que nous sommes pour nos enfants ; parce que ces derniers deviendront peut être des futurs salotomanes…ou pas ! Tout dépend de que nous faisons devant eux…

AsIam

Populaires cette semaine

To Top