Features

Disparition d’enfants:Le rôle de la police.

enfants-dispariton-police-centrafricains

Disparition d’enfants: La police accusée de protéger les piliers du gang des trafiquants.

Selon les révélations d’un voleur pris récemment en flagrant délit, c’est une dame habitant le lieu-dit Carrefour Bastos qui se charge toujours de convoyer les enfants volés jusqu’à notre frontière commune avec le Gabon.

Il y a quelques mois de cela, autour de 17 heures et demi, à un jet de pierre de la station Tradex Briqueterie, un voleur présumé d’enfants a été appréhendé, alors qu’il essayait de kidnapper une fillette de 02 ans.

Malheureusement, mal lui en a pris. Arrêté puis passé à taba, l’infortuné s’apprêtait à être brûlé vif, par les populations en furie, lorsqu’une patrouille de police de passage, le sauva in extremis. 

En revanche, sous l’effet de la terrible bastonnade à lui infligée par les badauds furieux, certains témoins oculaires de cette scène effroyable admettent que le trafiquant avait avoué qu’ils étaient constitués en petits groupes de voleurs de bambins, essaimés dans divers quartiers de la cité capitale comme: La Briqueterie, Tsinga Elobi, Nkomkana, Madagascar, Etoudi, Ekounou et même Melen Mini ferme. Dans la foulée, le larron de mioches surpris en flagrant délit avait nous dit-on, expliqué dans les moindres détails, leur modus opérandis qui consistait à remettre les bambins volés à une dame habitant le lieu-dit carrefour Bastos, contre 350.000 Fcfa par enfant. 

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Kidnappeurs et policiers comme voleurs en foire ? 

Selon l’infortuné, c’est cette dernière qui s’occupe de l’obtention des pièces officielles (faux actes de naissance avec fausses filiations, puis passeports Express) pour ces enfants, avant de les conduire jusqu’à notre frontière commune avec le Gabon. Cette version des faits corrobore d’ailleurs remarquablement avec les révélations d’un haut responsable de la division Camerounaise d’Interpol qui a reconnu cette semaine qu’une petite fille volée il y a quelques temps au quartier Nkomkana à Yaoundé avait été retrouvée entre les mains des trafiquants d’enfants à Libreville, la capitale Gabonaise. 

Seulement, à la lumière des allégations du kidnappeur appréhendé, plusieurs interrogations subsistent: primo, pourquoi la police n’a-t-elle pas, à l’issue de l’arrestation du voleur présumé, tendue une embuscade à la dame du quartier Bastos, pour définitivement mettre l’affaire au clair ? Et s’il s’agissait d’un réseau bien huilé avec de multiples ramifications au sein de la police ? Même si des personnes interrogées croient savoir que le voleur sus évoqué méditerait en ce moment son sort à la prison centrale de Kondengui, quelques uns de nos interlocuteurs ont soutenu mordicus que la mission des policiers avait tout bonnement consisté à tirer le malfrat d’affaire, en vue de le libérer plus tard…

Yves Junior Ngangue | Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top