Features

Mathias Éric Owona Nguini: Les 10 erreurs à l’origine des difficultés de l’opposant Jean Ping et consorts

owona_nguini_Jean_Ping

La tension est un peu retombée au Gabon ! Le mercredi 31 aout 2016, après la proclamation des résultats de la présidentielle du 27 aout 2016, attribuant la victoire à Ali Bongo, le Président sortant, les partisans de l’opposition conduite par Jean Ping, sont sortis dans les rues pour contester violemment ces résultats. Si quatre jours après l’on peut noter que la vague de violences a baissé, le moins que l’on puisse dire, c’est que le Gabon demeure dans une impasse politique. En attendant la validation des résultats par la cour constitutionnelle, le politologue Mathias Eric Owona Nguini a tenté d’expliquer en dix points, les erreurs à l’origine des difficultés de la coalition de l’opposition conduite par le candidat Jean Ping.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La Coalition Ping a fait beaucoup d’erreurs.

  1. Elle a accepté les Règles électorales existantes, dont l’article 110 de la Loi électorale qui dispose que le Décompte se fait au Niveau Régional-Provincial, sans négocier leur révision préalable .
  2. Elle demande un Recomptage des Voix qui n’est pas prévu par la Loi, en voulant en plus le limiter à la Région du Haut Ogouue, alors qu’il y a aussi des Points de Controverse en Ogouue Maritime (gagné par Ali) et au Moyen Ogooue et au Woleu Ntem (gagnés par Ping).
  3. Elle a essayé à travers son Leader de saboter le processus électoral institutionnel en tentant de corrompre des Membres de la Commission électorale pour faire interrompre le Processus en intelligence évidente avec des Acteurs étrangers et une Puissance extérieure.
  4. Elle a violé le Principe de Distinction entre Acteur-Joueur et Régulateur-Arbitre, en laissant son Leader affirmer lui-même avant la Proclamation officielle des Résultats, son Statut de Vainqueur, s’ingérant dans le Domaine de la Commission électorale et du Ministre de l’Intérieur.
  5. Elle est amenée par un Leader qui avait trouvé peu important un Décompte des Voix par Bureaux de vote en Côte d’Ivoire en 2010-2011 demandé par Laurent Gbagbo, sous-estimé et minoré la démarche de revendication de légitimité présidentielle de son Compatriote Andre Mba Obame après l’élection de 2009.
  6. Elle a fait Campagne sur un Mode dominé par une contestation démagogique et Opportuniste pour capitaliser politiquement les Effets de la Lassitude contre la Longévité gouvernante du PDG et la Logique héréditaire de Dynastisation du Gouvernement perpétuel au profit des Bongo Ondimba sans faire état de son programme.
  7. Elle a privilégié sur un Mode essentiellement clientéliste, la Construction d’une Coalition électoraliste sans véritable assise idéologique et dominée complètement par des barons opportunistes qui sont les Co-Constructeurs du Système de Monopole PDG-Bongo Ondimba avec Ali.
  8. Elle a surfé sur la Vague de la Xénophobie de manière cynique et instrumentale au lieu d’attaquer au fond le Bilan d’Ali.
  9. Elle est dominée par des barons mécontents et opportunistes du Système PDG-Bongo plutôt que par des opposants historiques engagés longtemps dans la Lutte contre le monopole politique du PDG et n’ayant eu aucune alliance alimentaire et utilitaire avec ce système, des Opposants ayant fait montre face à la Répression du Système de leurs convictions démocratiques.
  10. Elle croit que le Mécontentement spontané peut suffire à transformer une Coalition électorale de Rejet- transformant l’Élection en Referendum Anti-Ali -, en mouvement social Anti-Système. Dès lors, sans véritable préparation, elle envoie au casse-pipe des éléments populaires faire face à la Répression sans engager au premier plan ses Leaders, facilitant du fait de toute cette Démarche, une débandade rapide de la Contestation Post-Électorale.

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top