Mboa'Actu

DG de l’ART: Les opérateurs «utilisent la fréquence de la 2G pour satisfaire la 4G»

l’ART-4G-Cameroun-MTN-Orange

Le patron de l’Agence de régulation des télécommunications s’est officiellement prononcé sur le sujet le 2 février 2016 à Douala. Il ne l’a pas exprimé clairement, mais le directeur général de l’ART indique que les installations actuelles des opérateurs de téléphonie mobile ne peuvent pas servir à l’utilisation du réseau 4G. Jean Louis Beh Mengue a pris part hier à Douala, à une concertation avec les associations de consommateurs, les autorités administratives et les forces vives de la métropole économique.

« Les opérateurs utilisent la fréquence de la 2G pour satisfaire la 4G », a dit Beh Mengué. Ces propos sont rapportés par Le Quotidien de l’Economie (LQE) du 3 février. Le journal de la valeur ajoutée indique que« l’ART affirme que la technologie 4G n’est pas encore tout à fait opérationnelle au pays car, nécessitant le déploiement d’une infrastructure entièrement nouvelle ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le quotidien privé écrit que « le régulateur confesse que le passage de la deuxième à la 3G a entraîné une dégradation des réseaux. Parmi les explications que l’on peut donner à cette situation se trouve l’utilisation des ressources initialement prévues pour la 2G pour la 4G. Ce qui traduit la saturation les voies de communication. Le gendarme des télécoms pense également que l’instabilité dans la fourniture de l’énergie électrique alimentant les installations des opérateurs, rend parfois indisponible les équipements nécessaires au bon fonctionnement du réseau. De même que le changement de la dynamique du trafic après le lancement de la 3G provoque une congestion soudaine dans de nombreux réseaux ».

En rappel, Orange et MTN avaient en fin d’année 2015, annoncé le passage du réseau de 3è à celui de 4è génération. Ce n’est pas encore le cas, soutient le Dg de l’ART qui souligne « la grande dépendance des réseaux 3G au support de transition fibre optique et dont la couverture sur le plan national est en cours de réalisation ». Pour lui, le Cameroun ne dispose que 25% de la longueur de fibre optique dont le pays a besoin pour être optimale.

Jean-Marie Nkoussa

Populaires cette semaine

To Top