Actu'Décalée

Deux corps décapités retrouvés sur les rails à Ndogsimbi

Havas-mort-dans-la-piscine-présumé-voleur-corps-morgue-Bikoko

Ce sont deux frères qui ont été retrouvés décapités aux premières heures de la matinée du vendredi 12 juin 2015 sur les rails de ce quartier populeux de la capitale économique. La police évoque un cas de vindicte populaire.

Deux corps complètement décapités ont été retrouvés vendredi dernier sur les rails au quartier Ndogsimbi à Douala. L’un des corps avait les mains ligotées. Sur les bras des victimes étaient encore visibles de larges blessures. Une boucherie humaine qu’on découverte les riverains de ce quartier populeux de Douala.

Sur les lieux, les passants découvraient des traces de sang le long des rails. Mais aussi, des barres de fer et des gourdins dont se seraient servis les bourreaux. Les victimes ont été identifiées par la police. Ce sont deux frères, les nommés Nkodo Joseph Emmanuel et Atangana Jacques-Brice âgés respectivement de 26 et de 28 ans qui habitent pourtant le quartier.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Un jeune homme qui se présente comme étant le cousin des victimes et habiterait  le même domicile familial a raconté à la presse que ses deux frères sont sortis de la maison vendredi à 3h alors qu’ils étaient revenus d’une veillée à la Cité de la paix. Il a voulu savoir leur destination, ils lui ont répondu qu’ils voulaient prendre de l’air. Curieusement, il n’a plus eu de leur nouvelles jusqu’à la découverte des corps aux environs de 6h.

Les premiers éléments de l’enquête de la police soupçonnent plutôt un cas de vindicte populaire. Une hypothèse soutenue par les multiples plaintes des riverains des nombreux cas de vol, de viol, de braquage et de cambriolage le long des rails.

Les frères Nkodo et Atangana étaient-ils de ceux qui semaient la terreur dans le quartier ? La conclusion de l’enquête ouverte par la police permettra d’en savoir un peu plus.En attendant, les deux corps ont été déposés à la morgue de l’hôpital Laquintini de Douala.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top