Features

Deuil national : les victimes de Boko Haram ignorées par le décret

Mayo-Baléo-président_paul_biya_Rdpc_Cameroun_MISCA

Le président de la République a décrété ce 16 octobre 2015, journée de deuil national en hommage aux morts de la Mecque, alors que les nombreuses victimes de la secte islamiste continuent d’être rangées dans les placards de l’oubli.

La mémoire des pèlerins Camerounais victimes de la bousculade meurtrière du 24 septembres dans la Vallée de Mina lors du Grand pèlerinage à la Mecque est rappelée à la Nation. Sur instruction du chef de l’Etat «J’ai également décidé, à cet égard, de décréter que la journée du 16 octobre 2015 serait une journée de deuil national», les drapeaux seront en berne sur l’étendue du triangle nationale. Quoi de bien normal puisque le Cameroun revient de  ce grand pèlerinage avec un lourd bilan.

«Les informations en notre possession à ce jour font état de ce que 76 de nos compatriotes y ont laissé la vie. Une trentaine d’entre eux sont encore portés disparus au moment où je vous parle. Nos missions diplomatiques sur place poursuivent les recherches en liaison avec les autorités saoudiennes» a souligné le président de la République. 

Outre ce décret imposant une journée de Deuil national, le chef de l’Etat a également annoncé une aide spéciale à l’endroit des blessés et des familles des victimes de la tragédie s’étant déroulée en Arabie Saoudite. Paul Biya a ainsi annoncé le déblocage d’une «aide spéciale» en faveur de ces derniers.

Oubliés des hommages ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Toutefois, cette décision du Président de la république vient remuer le couteau dans la plaie pour certaine personnes. Si le décret est applaudit avec enthousiasme par le peuple, une part reste interrogative sur l’hommage réservé aux camerounais victimes des exactions du Groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Boko Haram). «Depuis que des civils, des militaires sont tués dans l’extrême nord du pays pourquoi le Président de la république ne décrète pas de journée de deuil nationale pour ces personne?» questionne-t-on.

En effet, c’est des centaines de  civils et militaires qui sont tombés sous les assauts répétés de la troupe à Shékau depuis le début des incursions de Boko Haram au Cameroun. L’on est donc en droit de se demander ou sont passés les hommages à la mémoire des victimes de cette secte terroriste ? Les récents attentats-suicides dans les localités de Kolofata, Maroua, Kerawa, Fotokol, Kangaleri etc à eux seuls totalisent près d’une centaine de morts. A ce jour, nul trace de journée nationale de deuil décrétée par le Chef de l’Etat. Les drapeaux ne sont pas encore mis en berne pour ces victimes (dont les chiffres augmentent au fil des jours) de la troupe à Shékau.

En rappel le décret déclarant ce 16 octobre 2015, journée de deuil national en mémoire des pèlerins Camerounais tombés à la Mecque le mois dernier n’est pas le premier du genre. La tragédie de Nsam ayant causé la mort de centaines de  personnes le 14 février 1998 avait  également conduit le Chef de l’Etat à décréter une journée de deuil national. Plus proche le Crash d’un Vol de Kenya Airways en 2007 avait également poussé le président de la république Paul Biya à instituer  le 18 mai 2007, journée de deuil national en mémoire de la trentaine de personne décédée au cours de cette catastrophe.

© La Nouvelle Expression : Ben Christy Moudio

Populaires cette semaine

To Top